/news/coronavirus

Prise avec des conséquences terribles de la COVID à 9 ans

La COVID continue à se répandre comme une trainée de poudre chez de nombreux enfants.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: 20% des cas positifs en France relèvent du variant Omicron

• À lire aussi: Montée d’Omicron: face aux «retards» dans le réseau de la santé, les infirmières sonnent l’alarme

Même si la plupart combattent plus facilement le virus que les adultes, surtout depuis qu'ils sont vaccinés, certains sont atteints d'un dangereux syndrome qui peut les affecter durant de longs mois. 

Milah Johnson a 9 ans et depuis presque un an elle est touchée par un mal étrange. Les premiers symptômes sont apparus en février, six semaines après avoir contracté la COVID. 

Elle vomissait, ne voulait plus manger.

Milah et sa mère se sont rendues aux urgences de l'Hôpital de Montréal pour enfants et le verdict est tombé.

L’enfant est atteinte du syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique qui peut apparaître deux à six semaines après la contamination et qui dérègle le système immunitaire. 

Elle est a été hospitalisée pendant 3 semaines dont une aux soins intensifs.

Avant la pandémie d'autres virus pouvaient causer ce syndrome, mais en moins grand nombre. On parlait surtout de la maladie de Kawasaki qui affectait principalement les enfants de moins de 5 ans.

La vaccination des jeunes a déjà un effet protecteur. 

Depuis le début de la pandémie, on compte tout de même une centaine de cas au CHU Sainte-Justine et autant à l'Hôpital de Montréal pour enfants.

Ils peuvent avoir une tension artérielle très basse, une accumulation de liquide autour du cœur, une myocardite, une pneumonie. 

Le jeune Milah a fait des crises d'épilepsie.

En avril dernier on vous parlait de Jayden-Lucas âgé de 10 ans et affecté lui aussi par ce syndrome. Il est demeuré un mois aux soins intensifs de l'hôpital de Montréal pour enfants en février dernier et a eu des problèmes cardiaques pendant des mois. 

Sa santé a commencé à s'améliorer seulement en août. 

Il n'y a pas eu de décès au Canada, mais des dizaines aux États-Unis. 

Le syndrome touche 2 enfants sur 100 000, mais aucun parent ne veut vivre avec la crainte de voir son enfant si malade.

-D'après les informations d'Harold Gagné

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.