/news/coronavirus

Résultat positif de Valérie Plante: 300 personnes testées d’urgence

La mairesse de Montréal Valérie Plante a participé à un rassemblement intérieur de 300 personnes à peine trois jours avant de se faire tester pour apprendre qu’elle était atteinte de la COVID-19, ce qui crée un branle-bas de combat dans la communauté politique et d’affaires de l’Est de la Métropole.

Notre Bureau d’enquête a appris que la Chambre de commerce de l’Est de Montréal (CCEM) a dû communiquer ce week-end avec tous ceux qui avaient participé à un grand événement tenu le mardi 14 décembre dernier au Stade olympique.

• À lire aussi: COVID-19: Valérie Plante prête à revenir à l’état d’urgence

• À lire aussi: La mairesse de Montréal atteinte de la COVID-19

Le PDG de l’organisation Jean-Denis Charest a demandé par courriel aux convives de s’isoler et d’aller subir un test de dépistage.

Tout ce beau monde avait pu entendre, quelques jours plus tôt, une conférence de la mairesse Valérie Plante et de la ministre responsable de la Métropole Chantal Rouleau, afin de souligner le troisième anniversaire de la Déclaration pour revitaliser l’Est de Montréal. 

Selon nos informations, c’est la Santé publique de Montréal qui a communiqué avec la CCEM dans les jours suivant l’événement, après qu’une enquête épidémiologique eut démontré que le virus avait circulé lors de l’événement.

Pas interdit à ce moment  

Le virus a circulé mardi dernier dans un événement de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal au Stade olympique..

Photo courtoisie

Le virus a circulé mardi dernier dans un événement de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal au Stade olympique..

Sur une photo en plongée de la salle, on aperçoit les centaines de participants qui étaient répartis autour d’une quarantaine de tables. 

La plupart ne portaient pas de masque, comme ils le feraient s’ils étaient assis au restaurant. 

Ils n’étaient pas plus de dix par table, sauf pour la longue table d’honneur où prenait place Valérie Plante et qui accueillait une vingtaine de personnes.

Le nombre de cas de COVID-19 et d’hospitalisations était en hausse depuis déjà plusieurs jours, mais aucune règle n’interdisait la tenue d’un tel événement. Le matin même, Québec annonçait près de 2400 tests positifs. 

Au moment de participer, la mairesse, qui est doublement vaccinée, ignorait qu’elle pouvait être porteuse du virus.

Dans son entourage  

C’est vendredi qu’elle a annoncé sur son compte Twitter être allée se faire tester le matin même « à la suite d’un cas de COVID dans [son] entourage ». Le lendemain, elle a reçu un résultat positif.

« Le variant Omicron est très contagieux. Restons prudents et respectons les règles de santé publique », a-t-elle alors déclaré avant d’indiquer qu’elle travaillerait « en virtuel » pendant son isolement. 

Dans un autre cliché de l’événement, on aperçoit la mairesse qui prend la pose sur scène en compagnie de la ministre Rouleau et du PDG Jean-Denis Charest.

Catherine Boucher, attachée de presse de Chantal Rouleau, nous a affirmé hier que la ministre était allée se faire tester dès qu’elle a appris que Valérie Plante était positive, avant même d’être contactée par la Chambre de commerce. 

La ministre a eu un résultat négatif le lendemain.

«Selon les informations que nous avons reçues de la santé publique, il s’agit de deux événements distincts», soutient l’attachée de presse Catherine Cadotte, au cabinet de la mairesse. 

La chambre de commerce aurait été appelée à communiquer avec les participants de l’événement suite à différents cas positifs recensés, qui ne sont pas liés à la mairesse.

Coopératifs  

« Dès que la Santé publique a communiqué avec [les gens de] la Chambre de commerce, ils ont agi promptement et ont été très coopératifs », a pour sa part affirmé Jean Nicolas Aubé, porte-parole du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Contactée hier après-midi, une porte-parole de la CCEM n’avait pas rappelé notre Bureau d’enquête au moment d’écrire ces lignes.

À noter que depuis hier, les directives de Québec ont changé concernant les tests, en raison des files d’attente interminables aux centres de dépistage. 

Seulement ceux qui présentent des symptômes doivent aller se faire tester, et non tous ceux qui ont pu être en contact avec une personne infectée.

- Avec la collaboration de Rémi Nadeau et Olivier Bourque

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.