/news/politics

Une hausse des taxes marquée à L’Île-Bizard

Ziggy Smolinski - Fotolia

Au cours de la prochaine année, c’est à L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève que les citoyens auront la plus haute hausse des taxes locales, avec un taux de 34%.

C’est ce qui ressort du budget qui sera présenté mercredi par l’administration Plante, et dont QMI a pu obtenir en primeur la partie concernant les taxes d’arrondissement.

«Le 34% paraît gros, mais je ne dépasse pas les normes par rapport à d’autres arrondissements. On était très loin, alors je ne suis pas gêné de le faire», s’est défendu en confirmant les chiffres Stéphane Côté, maire de l’arrondissement, qui est entré en poste au cours de la dernière élection.

Il donne en exemple que pour une maison d’une valeur de 490 000 $, l’augmentation ne sera, au final, que de 98 $.

Au début septembre, notre Bureau d’enquête révélait que l’arrondissement était en déficit, notamment en raison des nombreux frais juridiques engendrés par l’administration précédente du maire Normand Marinacci, qui a été défait le 7 novembre dernier. Les départs s’étaient également multipliés dans la fonction publique de l’arrondissement en raison du climat de travail.

C’est pour faire face à ce déficit que M. Côté estime n’avoir pas eu d’autres choix que de hausser les taxes. «Le fardeau est à nous pour rétablir les choses dans le bon ordre. J’ai un budget à équilibrer et un esprit d’équipe à rebâtir», a-t-il expliqué.

Professeur à l’Université de Montréal et spécialiste en économie urbaine, Jean-Philippe Meloche ne s’inquiète guère non plus de cette situation. «Ça paraît beaucoup, mais c’est parce qu’on partait d’un petit montant, qu’on a monté de façon un peu plus substantielle, mais ça les place dans la moyenne», a-t-il analysé.

Des hausses partout 

À Anjou, l’augmentation sera de 11,3%, ce qui place l’arrondissement en deuxième position. Suit ensuite Saint-Léonard, avec un taux de 10%. À l’inverse, Lachine a le taux le plus bas, à 1,5%. La valeur médiane pour les 19 arrondissements de la Ville est de 3%.

«La trop faible indexation de transferts centraux comparée à l’inflation ne couvre pas l’augmentation naturelle des dépenses, ce qui nous force à augmenter la taxe locale cette année», a pour sa part expliqué, en confirmant les chiffres, Michel Bissonnet, maire de l’arrondissement de Saint-Léonard, qui estime toutefois que ses citoyens n’en ressentiront pas l’impact.

Pour rappel, les taxes d’arrondissement ne représentent qu’une fraction du compte de taxes total présenté par la Ville.

«Quand la taxe d’arrondissement a été créée, il y a des arrondissements qui ne l’utilisaient pas du tout», a résumé M. Meloche. Pour lui, il n’y a pas lieu de s’inquiéter devant ces taux qui peuvent sembler élevés. D’autant que les charges fiscales restent toutes à l’intérieur d’une même «fourchette».

Le professeur explique également que cette taxe avait justement été créée afin que les arrondissements puissent financer des projets qui sont importants pour eux.

«Ce n’est pas parce que la Ville de Montréal a des projets qui lui permettent de ne pas dépasser l’inflation que tous les élus devraient s’en tenir à ça. Les arrondissements ont une liberté d’action et moi, je trouve ça fantastique qu’ils l’utilisent», a souligné M. Meloche.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.