/regional/montreal/montreal

Diminution de services pour la STM en 2022

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

La Société de transport de Montréal (STM) diminuera son offre de service dans ses réseaux de bus et de métro en 2022, et ce, en raison d’un faible achalandage.

La STM en a fait l’annonce dans son budget 2022, publié mercredi.

«L’ajustement de -3,5 % pour le secteur bus et de -5 % pour le secteur métro par rapport à l’offre budgétée en 2019 permettra à la STM de réduire ses dépenses de 21,3 M$ en 2022 comparativement au budget 2021», indique-t-on dans le rapport.

Malgré la baisse, le niveau de service en 2022 resterait toutefois «comparable» à celui de 2021, assure la STM. L'organisation cherche à s'adapter aux réalités du marché du travail, selon un communiqué transmis par celle-ci.

La baisse d’achalandage marquée en raison de la pandémie expliquerait cette décision. En ce moment, le taux d’achalandage représente 60% de celui d’avant l’arrivée de la COVID-19, contre 26% en début d’année.

Pour ce qui est du transport adapté, le budget reste le même que celui de l’année qui se termine, soit 3 millions de déplacements ou 68% des déplacements de 2019.

Malgré cette diminution de services, la STM doit combler un trou financier de 43 millions $.

Le budget total est de 1,58 milliard $ pour l’année 2022. En 2021, le budget était de 1,54 milliard $.

Les services maintenus pendant la crise

Durant la campagne électorale, le candidat défait à la mairie Denis Coderre avait reproché à la mairesse Valérie Plante de ne pas avoir réduit l’offre de services pendant les moments plus difficiles de la pandémie. C’est à ce moment qu’a chuté le trafic.

«Il y a eu un manque de leadership de la part de l’administration actuelle», avait-il lancé lors du Face-à-Face présenté sur les ondes de TVA Nouvelles.

«Donner le plein service pendant la pandémie, on n’avait pas besoin de faire ça», avait-il ajouté.

Mme Plante avait assuré qu’il s’agissait de la meilleure décision.

«Savez-vous qui utilisait le transport collectif pendant la pandémie ? Ce sont les travailleurs de première ligne. [...] Pour moi, ce n’était pas la chose responsable à faire», lui avait-elle répondu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.