/news/politics

Un ministre demande à Twitter d’intervenir contre l’intimidation de la directrice de l’AMC

Le ministre fédéral de la Sécurité publique a demandé à Twitter, mardi, de supprimer un tweet intimidant d’un compte anonyme à l’endroit de la présidente de l’Association médicale canadienne (AMC), en ligne depuis une semaine.

• À lire aussi: Rétrospective 2021: Plusieurs moments forts de la politique québécoise

Le 21 décembre dernier, la présidente de l’AMC, la Dre Katharine Smart, dénonçait une déclaration de Ezra Levant, fondateur du média ultraconservateur Rebel News.

Sur le réseau social, ce dernier proposait 5000$ en récompense «à quiconque» filmait à son insu le Dr Naheed Dosani, un médecin ontarien qui suggérait aux gens d’annuler leurs plans pour la période des Fêtes.

«Ce comportement visant à harceler et à intimider les médecins est totalement inacceptable», avait lancé la Dre Smart à l’endroit de M. Levant.

En réponse à son message, le lendemain, un compte anonyme du nom de «Ask the Brown Doctor» a laissé entendre à la Dre Smart qu’elle et sa famille étaient suivies depuis des semaines et qu’elles avaient déjà été filmées par «un groupe».

Plusieurs internautes ont immédiatement dit avoir signalé le tweet, incluant Mme Smart. Malgré tout, celui-ci est resté en ligne jusqu’au 28 décembre, puisque Twitter aurait jugé qu’il ne contrevenait pas aux règles de la communauté.

C’est ainsi que le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a décidé d’intervenir pour demander au réseau social de revenir sur sa décision.

Dans une lettre adressée au directeur général de Twitter Canada, M. Mendicino revient sur les faits et tente d’expliquer que le tweet contrevenait aux règles de Twitter, notamment «les comportements qui encouragent les autres à harceler ou cibler des personnes ou groupes de personnes spécifiques».

«Je vous demande de reconsidérer votre décision de laisser le tweet sur votre plateforme, étant donné qu’il semble enfreindre directement vos règles, et parce qu’en permettant la publication de tels commentaires, vous exposez les travailleurs de la santé à d’autres abus et intimidation», fait savoir le ministre dans sa missive.

Celui-ci rappelle l’adoption d’une toute nouvelle loi au Parlement, la loi C-3, qui proscrit l’intimidation et le harcèlement de travailleurs de la santé. Or, le gouvernement ne peut être seul à agir, dit-il.

«Les plateformes de réseaux sociaux ont également un rôle à jouer dans l’éradication des contenus préjudiciables en ligne», dit-il, soutenant par ailleurs l’explosion de ce genre de cas depuis le début de la pandémie.

Au moment d’écrire ces lignes, mardi après-midi, quelques heures après la publication de la lettre par M. Mendicino, le compte fautif en question a été retiré de Twitter.

«Que ce soit la Dre Smart ou encore tout autre travailleur de la santé, nous croyons fermement que ce genre d’intimidation n’a aucune place dans notre société. C’est pourquoi nous nous sommes réjouis de l’adoption de la loi fédérale le 17 décembre dernier visant à les protéger», a déclaré Anick Lozier, directrice des relations médias à l’AMC.

«Toute menace – quelle que soit la forme – doit être prise au sérieux et nous travaillons avec les autorités afin d’identifier et minimiser le risque. Nous invitons également les sociétés de médias sociaux à redoubler d’efforts pour que leurs plateformes soient des endroits sûrs.»

Le ministère de la Sécurité publique et l’AMC n’ont pas confirmé si une plainte en lien avec l’incident avait été déposée à la police.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.