/finance/homepage

L’année 2021 a été bonne pour les régimes de retraite

Business Consulting meeting working and brainstorming new business project finance investment concept.

Photo Adobe Stock

L’année 2021 et le variant Omicron n’auront pas eu raison des régimes à prestations déterminées (PD) qui sont demeurés bien capitalisés au cours du dernier trimestre de l’année.

• À lire aussi: Que nous réserve 2022: l’inflation aura un impact sur tous les aspects de vos finances en 2022

• À lire aussi: L’année où les salariés québécois ont eu le gros bout du bâton

C’est ce qu’a annoncé mardi l’«Indice Mercer sur la santé financière des régimes de retraite».

Selon l’Indice, le degré de solvabilité des régimes PD est établi à 103% en date du 31 décembre 2021, ce qui consiste en une augmentation de 2% par rapport au 30 septembre et de 7% par rapport au début de l’année 2021.

«Tandis que la situation financière des régimes PD continue de s’améliorer, de nombreux promoteurs de régimes voient leur régime disposer d’excédents, ce qui représente une position enviable. Bien que des excédents soient préférables à des déficits, ils apportent leur lot de répercussions et de défis qui devront être gérés», a affirmé par communiqué F. Hubert Tremblay, conseiller principal du domaine Avoirs de Mercer.

Qu’en est-il de 2022?

L’année 2021 a été favorable pour les régimes PD en raison de la réouverture de l’économie mondiale, la hausse des taux de vaccination ainsi que l’augmentation de la disponibilité des vaccins.

«[Ainsi,] de nombreux promoteurs verront leurs régimes de retraite entamer 2022 en bonne situation financière, ce qui les placera en bonne position pour affronter les obstacles considérables qui pourraient se présenter», peut-on lire dans un communiqué.

M. Tremblay a donc recommandé aux promoteurs de revoir leur exposition au risque et, si possible, cristalliser une partie des gains de l’année 2021. «Les promoteurs ne souhaiteront pas voir leurs excédents se transformer en déficits en raison de leur inaction», a-t-il ajouté.

L’inflation et la question à savoir si elle sera réellement temporaire, les répercussions du variant Omicron sur les mesures, l’apparition possible de nouveaux variants, l’impasse politique aux États-Unis et les tensions géopolitiques accrues, sont d’ailleurs les principaux obstacles envisagés pour l’année 2022.

«À l’approche de 2022, nous sommes dans l’ensemble optimistes quant aux perspectives économiques. Une forte croissance des revenus et des bilans sains des consommateurs devrait continuer de soutenir la consommation. Les dépenses publiques et les investissements devraient rester élevés sur une longue période. 

«La réintroduction de restrictions liées à la pandémie pourrait affaiblir la croissance en début d’année, mais nous prévoyons que la croissance se redressera après la vague du variant Omicron, ce qui remettra les économies sur la trajectoire menant à une reprise complète», a affirmé Jean-Pierre Talon, membre du partenariat du domaine Avoirs de Mercer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.