/regional/troisrivieres/mauricie

Les militaires demandés en renfort en Mauricie et au Centre-du-Québec

L’état de la situation dans le système de la santé en Mauricie et au Centre-du-Québec a atteint un niveau de saturation sans précédent si bien qu’un appel à l’aide a été lancé aux Forces armées canadiennes (FAC).

• À lire aussi: L’armée prête main-forte pour la campagne de vaccination au Québec

• À lire aussi: Situations critiques: Québec suspendra les vacances du personnel de la santé

• À lire aussi: Une fillette de deux ans victime du délestage

Devant un nombre record d’hospitalisations et plus de 1000 travailleurs en retrait en lien avec la COVID-19, les autorités de la santé régionale n’ont eu d’autres choix que de lancer un appel à l’aide aux militaires des FAC.

Jamais, depuis le début de la pandémie, la barre des 100 hospitalisations n’avait été franchie dans la région. Or c’est maintenant chose faite. Le lourd bilan qu’a présenté Carol Fillion, le pdg du CIUSSS MCQ, mardi, fait état de 102 hospitalisations, dont 13 patients aux soins intensifs. Voilà ce qui place la Mauricie et le Centre-du-Québec au quatrième rang provincial des régions les plus touchées derrière Montréal, la Montérégie et les Laurentides.

Plus de 1000 travailleurs sont présentement en retrait en lien avec la COVID-19. Dans le bilan de mardi, 58 établissements ou secteurs étaient en éclosion. À l’hôpital régional de Trois-Rivières, huit ailes, dont l’urgence, sont considérées en éclosion. Devant ce constat, le renfort des soldats est souhaité.

«On a demandé un coup de main au niveau administratif et pour l’évaluation. On pourrait donc libérer des cliniciens pour les envoyer aux services directs à la population», explique M. Fillion.

Délestage

La pression est telle que le pdg du CIUSSS a confirmé que le délestage atteindra un niveau jamais vu depuis la première vague. Seulement 50 % des chirurgies prévues pourront avoir lieu dans les prochaines semaines. Ce taux est légèrement plus élevé que lors de la première vague où les autorités de la santé effectuaient entre 30 % à 40 % des chirurgies. Au total, ce sont 250 rendez-vous qui seront reportés.

Carol Fillion assure qu’aucun citoyen ne se verra refuser la prestation de soins. «Au besoin, on fera davantage de délestage, mais on va faire les cas urgents et semi-urgents», déclare-t-il.

Il ajoute que la situation est critique. «Après 22 mois, le personnel est vraiment à bout de souffle. À plus de 100 hospitalisations, on a déjà doublé nos prévisions de capacité hospitalière», précise le dirigeant.

Fin des tests PCR dans la région

Bien que le CIUSSS a confirmé que la région avait assez de ressources et de matériel pour continuer le dépistage à grande échelle, il devra se plier à la directive provinciale et cesser les tests de dépistage PCR à la population en général. Les rendez-vous seront toutefois honorés jusqu’au jeudi le 6 janvier.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.