/news/coronavirus

Les urgences débordent: «on a atteint notre seuil critique»

Dans les dernières journées, le niveau d’achalandage dans les urgences a connu une forte hausse partout au Québec en raison du variant Omicron.

• À lire aussi: Le délestage ne suffira pas, admet Québec

• À lire aussi: La COVID, une longue crise pour les libertés

• À lire aussi: Ce que l'on sait désormais sur les moyens de se protéger contre la COVID-19

«Dans les dernières 48h à 72h, on ressent dans l’urgence l’augmentation assez importante des cas notamment des hospitalisations COVID-19. De plus en plus, on le voit que notre capacité hospitalière va être dépassée. Je vous dirais qu’on a atteint notre seuil critique aujourd’hui», mentionne la docteure Laurie Robichaud, vice-présidente de l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec.

Dans les hôpitaux, le personnel a de la difficulté à voir la lumière au bout du tunnel cette fois-ci parce que le variant Omicron contaminent tout le monde. 

«On est habitué de se serrer les coudes, de se dépanner entre nous et de trouver des solutions à des problèmes qui ne semblent pas en avoir. Par contre, je vous dirais que quand c’est à propos de la santé de nous-mêmes et de nos familles, en plus de tous les coups que nous avons subis dans les derniers mois, là c’est ce qui rend la chose très très difficile», explique la spécialiste.

Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Dr Mathieu Simon sur QUB radio: 

Durant cette quatrième, les autorités de la santé mentionnent depuis les dernières semaines qu’au moins 50% des hospitalisations sont des citoyens qui ont décidé de refuser la vaccination. 

Cependant, la docteure affirme que leur opinion change rapidement lorsqu’ils se retrouvent sur un lit d’hôpital.

«Tous les gens qui ont attrapé la COVID et qui était si antivaccin avant d’attraper la maladie, je vous dirais que la majorité pleure et est un peu désespérée de leur état notamment quand ils sont très malades. Je vous dirais que ça change même les membres de la famille qui n’y croyaient pas. Quand on voit un proche malade, ça change tout», explique Mme Robichaud. 

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.