/news/coronavirus

Party d’influenceurs en vol : l’organisateur fait une longue déclaration

James William Awad, l’organisateur du vol privé transportant une centaine d’influenceurs perturbateurs vers Cancún à la fin du mois de décembre dernier, s’est expliqué dans une longue déclaration publiée sur un blogue. 

• À lire aussi: Voyage des influenceurs: découvrez qui est l'organisateur James Williams Awad

• À lire aussi: La fumeuse du vol festif de Sunwing est une future pilote d’avion

L’homme, déjà mis à l’amende par l’AMF pour avoir exercé illégalement l’activité de courtier en valeurs mobilières est aujourd’hui à la tête de l’entreprise 111 private club. 

En 2017, le jeune homme, qui s’appelait alors Kevin Awad, a demandé au Directeur de l’état civil de changer de nom pour James William, modification qui est entrée en vigueur en 2019.

Voici la longue explication qu’il a publiée ce matin. 

«J’apprécie votre patience. En examinant la situation actuelle en profondeur, je peux comprendre pourquoi les citoyens peuvent être fâchés à la suite des évènements. Étant une personne qui aime rassembler les gens, je m’étais engagée à faire un événement privé en toute sécurité à Cancún avec mon groupe du 111 private club.

J’ai loué un avion privé pour assurer la sécurité de tous. Nous avons aussi pris des mesures additionnelles en demandant à ce que tous les passagers soient testés à Montréal afin d’assurer un voyage sécuritaire, et ce, même si les autorités mexicaines n’exigent pas de test PCR négatif pour entrer dans leur pays.

Dans cet avion privé, seulement mon groupe était autorisé à embarquer. L’avion a été loué pour mon groupe et mon groupe uniquement.

Mardi, j’ai eu une rencontre avec un représentant de la sécurité de Sunwing pour discuter des conditions suivantes:

- La présence du Directeur de la sécurité pendant le vol ainsi que 3 gardes à mes frais;

- Pas de repas pendant le vol;

- Tout bagage à main autre que les sacs à main, passeports, cellulaires se doit d’être rangé de façon appropriée. Ceci inclut aussi les achats d’items hors taxes;

- Les masques chirurgicaux doivent être portés en tout temps, couvrant nez, bouche et menton comme les exigences de Transport Canada le stipulent.

- Aucune boisson alcoolisée ne va être servie

- Tout passager doit avoir un test PCR négatif valide approuvé par l’agence de santé publique du Canada**

- Tout passager doit être en état de sobriété lorsqu’il s’enregistre ainsi que lorsqu’il monte à bord de l’avion

- Tous les passagers doivent rester assis avec la ceinture de sécurité, à l’exception de l’utilisation de la salle de bain

- Interdiction de rester debout dans l’allée

- L’organisateur est tenu responsable si le vol est détourné dû au non-respect des conditions

J’ai accepté toutes ses conditions incluant la présence des gardes tout en les assurant que les mesures établies allaient être respectées.

Nous ne pouvions pas conclure l’entente puisque Sunwing refusait de fournir des repas aux passagers dans un vol d’une durée de 5h.

Ils ont annulé notre vol basé sur des présomptions et les autres compagnies aériennes ont fait de même.

À cet instant précis, le 111 private club travaille sans relâche pour assurer un retour en toute sécurité à Montréal, et ce, le plus rapidement possible.

Le 111 private club est un rêve et une vision où j’ai mis cœur et âme dans sa création. Ceci était mon premier événement de voyage. J’ai grandement appris et je continue d’apprendre de cette expérience.

Apprendre de ses expériences, c’est ce qui fait la différence.»

Malgré les explications que l’organisateur tente de fournir à la population, il semble évident sur les images publiées sur les réseaux sociaux que plusieurs règles ont été enfreintes lors du vol vers le Mexique. 

Des infractions telles que de la consommation d’alcool à bord, du vapotage, des personnes debout, regroupées sans aucune distanciation physique, pas de port du masque, entre autres, sont constatées. 

Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

Toujours refusés sur les vols d’Air Canada    

Par ailleurs, Air Canada a confirmé à TVA Nouvelles que la compagnie avait refusé l’accès à 15 personnes qui faisaient partie du voyage mouvementé de Sunwing.

Quatre autres n’ont pas pu embarquer ce jeudi matin.

«Le manifeste de passagers de Sunwing n’a pas été transmis à Air Canada, ce qui a rendu difficile d’empêcher des passagers de ce vol d’embarquer dans notre appareil. Comme nous l’avons indiqué, dans la mesure où il est possible pour nous d’identifier les passagers qui faisaient partie du groupe, nous leur refusons l’embarquement afin d’assurer la sécurité des autres passagers et de nos équipages», a indiqué la compagnie aérienne.

Écoutez l’entrevue d’Éric Parent, pilote d’avion et expert en sécurité aérienne:

Écoutez la chroniqueuse Anaïs Guertin-Lacroix avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Des enquêtes exigées  

Trois ministres fédéraux demandent à ce qu’une enquête soit menée à la suite des comportements allégués d’influenceurs qui n’auraient pas respecté des règles concernant la COVID-19 et la sécurité aérienne.

«La santé et la sécurité du personnel de bord et des passagers pendant un vol sont une priorité absolue. Nous sommes au courant de comportements inacceptables et de cas de non-respect du port du masque et d’autres exigences en matière de sécurité aérienne qui se sont produits lors d’un vol affrété de Sunwing entre Montréal et Cancún le 30 décembre 2021», ont déclaré par voie de communiqué, mardi, le ministre des Transports, Omar Alghabra; le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, et le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino.

Ils affirment que le gouvernement prend le signalement de tels incidents très au sérieux.

«Transports Canada a été en communication avec le transporteur aérien au sujet de ce vol. Si le Ministère établit qu’un non-respect de la réglementation et des exigences a eu lieu, des passagers pourraient se voir imposer des amendes d’un montant pouvant atteindre 5000 $ par infraction», peut-on lire dans le communiqué.    

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et des partenaires clés coordonnent le processus de retour des voyageurs au Canada. Les voyageurs soupçonnés d’avoir enfreint les règles seront renvoyés vers l’ASPC. Tout document douteux ou frauduleux sera retenu.

Fournir de faux renseignements à un représentant du gouvernement du Canada lors de l’entrée au Canada est une infraction grave qui expose à des sanctions et à des accusations criminelles. Si un voyageur est déclaré coupable par procédure sommaire, il peut se voir imposer des amendes d’un montant pouvant aller jusqu’à 750 000 $, une peine d’emprisonnement de 6 mois, ou les deux.

Lorsqu’il met en danger la vie d’autrui et cause préjudice, un voyageur peut se voir imposer une peine d’emprisonnement d’un maximum de 3 ans et des amendes d’un montant pouvant aller jusqu’à 1 000 000 $.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.