/news/coronavirus

Des synagogues occupées malgré les règles sanitaires

Des membres de la communauté juive hassidique se réunissent dans des synagogues de Montréal, malgré l’obligation de fermer les lieux de culte mise en place par le gouvernement Legault afin de freiner la flambée des cas de COVID-19. 

• À lire aussi: Québec «exacerbe les tensions entre les communautés», accusent les juifs hassidiques

• À lire aussi: Non-vaccinés: le Collège des médecins demande plus de mesures rapidement

«C’est une question d’opinion, et je ne veux pas vous donner mon opinion. Vous pouvez faire ce que vous voulez. C’est un pays libre et c’est la liberté de religion», déclare un fidèle rencontré près d’une synagogue d’Outremont. 

Selon la confession, au moins dix adultes doivent être réunis pour les prières. 

En plus d’enfreindre la règle imposant la fermeture des lieux de culte, TVA Nouvelles a pu constater que peu de fidèles portaient le masque en entrant dans le lieu de culte dimanche matin. 

Selon des voisins de l’établissement religieux d’Outremont, des rassemblements auraient lieu tous les soirs, mais peu d’interventions pour mettre fin à ceux-ci seraient réalisées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). 

Le corps policier affirme toutefois que des interventions sont effectuées lorsqu’il y a des signalements, mais que parfois, les délais peuvent être plus longs en raison d’autres appels qui sont prioritaires.

La Santé publique de Montréal, de son côté, soutient que c’est à Québec de renforcer ses lois.

Des rassemblements qui inquiètent 

Plusieurs experts en santé craignent que ces rassemblements ne génèrent d’éclosions de COVID-19 parmi les participants. 

«C'est certain qu'il va y avoir des éclosions, car le virus, il ne regarde pas quelle est la couleur de votre peau, quelle est votre langue, quelle est votre religion. C'est un virus qui s'attaque à toutes les personnes», affirme le médecin et ancien ministre de la Santé Yves Bolduc. 

«Il y a des gens, à cause de ça, qui vont mourir et il y a des gens qui vont rester avec des séquelles», ajoute-t-il. 

Choisir entre respect de la loi et la liberté religieuse 

Le Conseil des juifs hassidiques du Québec a déclaré, par couriel dimanche soir, que «le Gouvernement du Québec, en ordonnant la fermeture complète des lieux de culte, force les membres de différentes communautés religieuses du Québec à faire un choix intenable entre l’exercice de leurs droits fondamentaux et le respect de la loi». 

L’organisation décrie aussi le fait que «le gouvernement interdit carrément la pratique religieuse dans les lieux de culte». 

Le conseil accuse aussi Québec «d’exacerber ainsi les tensions entre les communautés».