/news/coronavirus

Un bambin privé d’une importante opération en raison du délestage

Le délestage continue de faire des victimes collatérales de la pandémie, alors qu’un bambin de deux ans est dans l’attente d’une chirurgie qui pourrait permettre de régler de sévères problèmes d’apnée du sommeil et surmonter plus facilement d’autres graves problèmes respiratoires.

• À lire aussi: Non-vaccinés: le Collège des médecins demande plus de mesures rapidement

• À lire aussi: Les urgences débordent: «on a atteint notre seuil critique»

Charly Vien-Tremblay est atteint de dysphagie et souffre d’asthme et d’apnée du sommeil. En plus d’être en attente d’une opération aux amygdales, Charly est également en investigation pour confirmer une bronchomalacie, ce qui permettrait des traitements mieux ciblés et plus efficaces.

Alors que la situation pandémique s’était calmée avant les Fêtes, la flambée des cas de contamination à la COVID-19 a été une véritable claque en plein visage pour la famille de Charly. 

Charly, à l’avant-plan, en compagnie de sa mère Marie-Joëlle. À l’arrière, ses trois frères, Louis, trois mois, Mylan, trois ans et Eloi, cinq ans, sont aux côtés du père, Thierry.

Photo courtoisie

Charly, à l’avant-plan, en compagnie de sa mère Marie-Joëlle. À l’arrière, ses trois frères, Louis, trois mois, Mylan, trois ans et Eloi, cinq ans, sont aux côtés du père, Thierry.

L’aggravation soudaine de la pandémie signifiait encore de l’attente pour être soigné. Pendant ce temps, le bambin désature en moyenne 130 fois par nuit, indique sa mère. Son sang et, par conséquent, le reste de ses organes sont mal oxygénés.

Les spécialistes qui le soignent croient que les amygdales nuisent à sa respiration, c’est la raison pour laquelle ils souhaitent les retirer. Il attend l’intervention depuis l’automne. « Avec la COVID-19, on ne sait pas quand ça va arriver. Il est classé dans les cas urgents, donc normalement, c’est à l’intérieur de 12 semaines. Mais avec les délais, ça n’ira pas avant le milieu ou la fin du printemps », se décourage la mère, Marie-Joëlle Gagnon.

« Pour Charly, c’est en quelque sorte vital », laisse tomber sa mère, ajoutant que l’apnée du sommeil est nocive pour la santé et les atteintes pulmonaires de Charly sont dangereuses pour sa vie.

Écoutez l'entrevue de Sophie Durocher avec Marie-Joëlle Gagnon sur QUB radio: 

Reprendre le dessus  

Pour l’heure, tout ce qu’elle souhaite, c’est que son fils soit opéré rapidement. Seule cette intervention lui permettrait de reprendre le dessus sur ses autres problèmes de santé.

« L’opération va régler l’apnée, il aura donc un meilleur sommeil et, en dormant mieux, il sera plus en mesure de reprendre le dessus. Là, il est épuisé », se désole la maman.

En attendant, la santé de Charly est très fragile. Il a dû être hospitalisé pour une simple laryngite. 

« Je n’imagine même pas si mon bébé attrape la COVID-19. On ne sait pas comment une personne va réagir, mais je me dis que ce ne serait pas beau », croit-elle.

Depuis sa naissance, le petit garçon multiplie les séjours à l’hôpital et doit ingérer plusieurs médicaments. Ses traitements durent deux heures et demie chaque jour.

Depuis sa naissance, le garçon multiplie les séjours à l’hôpital à cause de ses problèmes respiratoires.

Photo courtoisie

Depuis sa naissance, le garçon multiplie les séjours à l’hôpital à cause de ses problèmes respiratoires.

« Ça nous brise le cœur »  

Alors que son fils se bat pour respirer convenablement et vivre mieux, Mme Gagnon se désole de voir que des gens ne prennent pas la crise sanitaire au sérieux.

« J’ai un bébé de deux ans dans l’attente. De voir que les hospitalisations augmentent en flèche et que des gens ne font pas attention [...] mon garçon ne peut pas vous le dire, mais ça nous brise le cœur », termine-t-elle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.