/finance/homepage

Froid polaire: record fracassé chez Hydro-Québec

En raison du froid polaire qui sévit sur la province, Hydro-Québec a fracassé un record de consommation de 39 031 mégawatts (MW) qui datait de janvier 2014.

Hydro Québec a ainsi enregistré une demande de près de de 39 900 MW, à 8 h mardi matin. Cette pointe de consommation ne s’explique pas seulement pas les basses températures.

«Il y a le froid, oui, bien entendu, mais effectivement il y a des points de consommation qui n’existaient pas en 2014», a expliqué le porte-parole d’Hydro-Québec, Cendrix Bouchard. «On peut penser aux véhicules électriques, aux producteurs en serres qui maintenant, dans bien des cas, vont utiliser l’électricité pour chauffer leurs serres grâce à un nouveau tarif qui a été déposé l’an dernier.»

Toutefois, plusieurs éléments visant à diminuer la consommation d’électricité en période de pointe ont été déployés depuis quelques années. La tarification dynamique permettant aux clients résidentiels de réaliser des économies en diminuant leur consommation lors des événements de pointes a été mise en place il y a trois ans. Au total, 160 000 des 3 924 992 clients résidentiels y ont adhéré cet hiver.

La filiale Hilo d’Hydro-Québec, qui développe les maisons intelligentes, contribue également à réduire la consommation.

Les contrats d’électricités des entreprises énergivores prévoient aussi des réductions de puissance. C’est notamment le cas des alumineries. Par exemple, l’aluminerie Alouette de Sept-Îles réduira sa consommation mardi soir à la demande d’Hydro-Québec.

La réduction de la consommation d’électricité en période de pointe comporte de nombreux avantages financiers pour Hydro-Québec.

«On va éviter des achats d’électricité qui se font à fort prix durant les périodes de pointe. On va également diminuer les besoins futurs en approvisionnement et ça va permettre aussi de ne surdimensionner notre réseau qui lui, doit être construit de façon à faire face à la demande qui est très importante pendant ces périodes précises là», a expliqué Cendrix Bouchard.

Froid polaire  

«Une masse d'air arctique combinée à des vents vifs produira des valeurs de refroidissement éolien entre -38 °C et -42 °C» degrés par endroits, a indiqué Environnement Canada.

À Montréal, à Laval et en Montérégie, le mercure est descendu à -20 °C avec un refroidissement éolien de -36 °C en matinée.

C’est pratiquement le même topo à Québec, en Estrie, en Beauce, où les températures prévues oscilleront entre -20 °C et -22 °C, alors des vents modérés provoqueront un refroidissement éolien de -36 °C à -32 °C.

Dans des secteurs plus au nord, comme Fermont et Schefferville, le refroidissement éolien doit atteindre -48 °C.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.