/sports/homepage

Rem Pitlick rejoint son frère dans l'organisation du Canadien

Un deuxième Pitlick joindra l’organisation du Canadien de Montréal, puisque l’équipe a réclamé Rem au ballottage en provenance du Wild du Minnesota, mercredi.

Le hockey est une histoire de famille chez les Pitlick. Rem est le frère de Rhett, sélectionné par le Tricolore au cinquième tour du repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2019. Le père de la fratrie, Lance, a disputé 393 parties au sein du circuit avec les Sénateurs d’Ottawa et les Panthers de la Floride entre 1994 et 2002. 

Rem, pour sa part, en est encore à ses premiers pas dans la LNH. Il a connu ses premiers bons moments cette saison, totalisant six buts et 11 points en 20 parties avec le Wild. 

Auparavant, il avait été limité à deux aides en 11 rencontres réparties sur deux saisons avec les Predators de Nashville. L’athlète originaire d’Ottawa a été sélectionné en troisième ronde du repêchage de 2016 par la formation du Tennessee. 

Pitlick a par ailleurs bien fait dans la Ligue américaine en 2020-2021, touchant la cible huit fois en autant de matchs dans l’uniforme des Wolves de Chicago. 

Le nouveau venu écoule un contrat d’une saison, d’une valeur de 917 831 $. Il s’agit d’une entente à deux volets. 

Le Canadien reprendra l’action mercredi soir à Boston après une longue pause de 11 jours due notamment à une éclosion de COVID-19, mais aussi à une série de reports causés par les contraintes sanitaires en place au Québec et empêchant l’ouverture des gradins pendant les événements. 

Une autre direction 

Il s’agit donc d’un deuxième changement d’équipe en quelques mois pour Pitlick, réclamé au ballottage par le Wild en provenance des Predators au mois d’octobre. 

L’entraîneur-chef du Wild, Dean Evason, a reconnu que Pitlick avait apporté une touche offensive cette saison, mais qu’il ne cadrait plus avec le style de jeu qu’il voulait préconiser au sein de ses troisième et quatrième trios. 

«Rems a bien joué par moments pour nous et je ne veux pas lui enlever ça, a dit Evason selon le site The Athletic. Il a compétitionné. Il a essayé. C’est simplement une situation où nous voulons aller dans une autre direction.» 

Cette autre direction, c’est l’espoir Connor Dewar. L’attaquant de 22 ans, sélectionné en troisième ronde par le club en 2018, a obtenu une aide en six matchs cette saison. Mais il semble avoir adopté un style de jeu qui convient plus au Wild. 

«Parfois, il faut sortir de sa zone de confort pour avoir du succès, certainement [dans la LNH]. Nous aimerions, mais nous ne pourrions pas avoir 20 Kirill Kaprizov, n’est-ce pas? Il faut un mélange. Quand tu construis une formation, vous regardez [les joueurs] et vous voulez avoir des combinaisons.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.