/news/coronavirus

3e dose: le «mix» de vaccins pose-t-il des risques?

 De nombreux Québécois qui ont reçu les vaccins Pfizer ou encore AstraZeneca en première et deuxième dose se sont vu offrir récemment un vaccin Moderna en 3e dose, soulevant certaines questions. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Vaccins ARN: risque de myocardite et péricardite confirmé mais peu fréquent selon une étude

Un tel mélange de différents types de vaccin est-il efficace pour combattre la COVID-19, ou pose-t-il des risques?

Selon Alain Lamarre, immunologiste à l’Institut national de recherche scientifique (INRS), cette façon de faire est «sécuritaire», soutiennent les études à ce sujet. 

«Il n’y a pas d’effets secondaires plus importants que de recevoir deux fois ou trois fois le même vaccin, et l’efficacité est comparable», explique le scientifique en entrevue au Québec Matin. 

Il va plus loin. «Même ceux qui avaient reçu le AstraZeneca, et par la suite, le Pfizer avaient une meilleure réponse immunitaire que ceux qui avaient reçu seulement le AstraZeneca», relève-t-il. 

«Il y a même un avantage théorique à recevoir les mélanges de vaccins, ça stimule différentes voies du système immunitaire et ça pourrait mieux nous protéger, même si on n’a pas beaucoup de données à ce sujet.» 

Par ailleurs, le Moderna présenterait un peu plus de risques de péricardite pour les jeunes hommes, une inflammation du cœur. 

«Il y a en a chez les filles, mais c’est plus fréquent chez les jeunes garçons de 18 à 29 ans. On parle d’un risque très minime, de l’ordre d’une quinzaine d’événements pour 100 000 habitants, alors que pour le Pfizer, on parle de cinq événements par 100 000 habitants», détaille M. Lamarre. 

Ainsi, le risque est faible, mais un peu plus élevé avec le vaccin Moderna. Les moins de 30 ans devraient privilégier la Pfizer s’il est disponible. 

Alain Lamarre soutient toutefois qu’il est préférable de prendre sa 3e dose de vaccin le plus vite possible, même s’il s’agit de Moderna. 

«Si j’avais entre 18 et 30 ans, je n’hésiterais pas. [...] Les cas de myocardite se traitent et ça ne dure pas très longtemps non plus», conclut-il.

***Voyez ses explications complètes dans la vidéo ci-dessus. ***

Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec le virologue à la retraite Jacques Lapierre sur QUB radio :

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.