/news/coronavirus

«Ça devrait se placer d’ici la fin de la semaine prochaine», croient les pharmaciens propriétaires

Un certain équilibre entre l’offre et la demande pour les tests rapides pourrait commencer à être trouvé vers la fin de la semaine prochaine, croit le président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP), Benoit Morin. 

Même si l’offre demeure insuffisante, l’arrivée annoncée mercredi soir de trois millions de tests supplémentaires, soit 600 000 kits de cinq tests, d’ici la fin de semaine, devrait calmer les attentes.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Selon M. Morin, les grossistes ont reçu mercredi 1,5 million de tests, tandis que l’autre moitié devrait arriver vendredi ou au cours de la fin de semaine. Il restera cependant à voir si la distribution aux pharmacies se déroulera sans anicroche.

«Il y a des pharmacies qui n’ont pas encore reçu leurs premières boîtes du premier trois millions», a déploré M. Morin en entrevue avec l’Agence QMI, jeudi, en faisant référence à la première livraison de trois millions de tests annoncée en début de semaine, qui était aussi la première de l’année. «Par exemple, dans mon cas, j’ai seulement reçu deux boîtes sur trois, soit 200 tests sur 300», a-t-il ajouté.

Cela dit, l’avantage des délais, c’est que la première et la seconde livraison vont se chevaucher en pharmacie, si bien qu’il n’y aurait pas de délai sans recevoir de stock, a cependant tempéré M. Morin.

Le président de l’AQPP a aussi noté que les pharmacies sont encore en train de tenter de vider leurs listes d’attente. Aussi, de plus en plus, les clients rappelés lorsque des tests sont disponibles en auront obtenu ailleurs, signe que le marché se rétablit, selon lui. Un retour à l’équilibre entre l’offre et la demande est même envisageable en vue de la fin de la semaine prochaine, croit-il.

En attendant, M. Morin invite les Québécois qui veulent mettre la main sur des tets rapides à contacter leur pharmacie pour être intégrés à leur liste d’attente. «On n’a pas encore assez de tests pour les offrir sur le web ou sur Clic-Santé», a-t-il affirmé, en rappelant que les pharmaciens veulent éviter les longues files d’attente observées su début de la campagne de distribution.

Écoutez la chronique de Patrick Déry au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.