/regional/troisrivieres/mauricie

Dix millions $ de plus pour traiter l’eau potable à Saint-Tite

La ville de Saint-Tite se retrouve face à une très mauvaise surprise, alors que coûts pour la mise aux normes de son système d’alimentation en eau potable explosent.

La ville avait estimé qu’elle s’en tirerait pour 18 millions $. Or les deux seules soumissions reçues se situent autour des 28 millions donc à 10 millions $ de plus.

«Je suis très surprise et pas dans le bon sens du terme. Je suis tombée en bas de ma chaise. Vraiment ce sont des coûts faramineux» a lancé sur un ton catastrophé la mairesse Annie Pronovost en prenant connaissance des prix. Ces travaux d’infrastructure seront les plus importants à ne jamais être réalisés dans la Ville.

Ils prévoient la construction d’une nouvelle prise d’eau, d’une usine de traitement en plus de la restauration du réservoir et du barrage de 44 mètres qui le ferme. L’eau est puisée dans le lac Éric.

Il y a dix ans que ces travaux sont en planification. La mairesse estime qu’il faut maintenant mettre aux normes l’approvisionnement en eau potable, mais en respectant la capacité de payer des citoyens. À ce prix le projet pourrait-il être remis en question? «D’après moi on n’aura pas le choix d’aller de l’avant. On a envoyé tout ça à la ministre Sonia Lebel.»

Il faut savoir que la Santé publique exige depuis 2014 que des dispositions soient prises afin d’améliorer la qualité de l’eau potable de Saint-Tite. Deux villages voisins qui y puisent une partie de leur eau sont partenaires dans le projet. Le maire de Saint-Séverin, Gérard Vandal, a d’ailleurs estimé que si c’est la pandémie qui est responsable de cette inflation c’est que «la pandémie a le dos large».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.