/news/coronavirus

O’Toole s’oppose au «vaccimpôt» de Québec

Le chef conservateur Erin O’Toole s’oppose au «vaccimpôt» proposé par Québec, jugeant que le gouvernement doit continuer à encourager à la vaccination sans chercher à «punir» les non-vaccinés.

• À lire aussi: Vaccimpôt: «Une idée intéressante, mais une application mal avisée», selon l’IEDM

• À lire aussi: «Vaccimpôt»: au Canada, un écart entre l’opinion publique et la santé publique

• À lire aussi: Le «vaccimpôt» serait «discriminatoire», estiment des médecins

«Nous ne sommes pas un pays qui traditionnellement punit ou impose les gens de cette façon», a déclaré M. O’Toole lors d’une présentation en direct sur Facebook jeudi soir. «Je n’aime pas voir des mesures comme celles que l’on voit au Québec.»

M. O’Toole jette la faute au gouvernement de Justin Trudeau, car il estime que si les provinces imposent des mesures restrictives pour contrôler la propagation, c’est parce que les «outils» sont manquants.

«C’est possible pour la cinquième vague de gérer la pandémie avec les outils comme les dépistages de tests rapides, les masques, la distanciation sociale et un niveau de vaccination très élevé», a-t-il déclaré.

Le chef conservateur s’était opposé la semaine dernière à l’imposition de mesures trop restrictives pour s’opposer au variant Omicron.

Il demande au gouvernement de mettre en place des «accommodements raisonnables» pour les Canadiens qui refusent toujours de se faire vacciner, car leur absence dans certains secteurs de l’économie pourrait faire mal.

C’est notamment le cas des camionneurs, estime-t-il. Ceux-ci devront dès samedi être doublement vaccinés pour faire leur retour au Canada, au risque de devoir se placer en quarantaine pour une période de deux semaines.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.