/news/coronavirus

Fin de semaine difficile dans les hôpitaux de la province

François Legault l’avait prédit : cette fin de semaine est particulièrement difficile dans le milieu hospitalier québécois, autant dans les urgences qu’aux soins intensifs. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les développements sur la COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: Les hospitalisations frôlent les 4000 en Ontario

• À lire aussi: Confinement excessif dans les résidences pour aînés?

«Personne ne se tourne les pouces», prévient le Dr Gilbert Boucher, président de l’Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec. «On n’a pas d’espace de plus. Il y a plusieurs urgences où c’est difficile», poursuit-il. 

Même situation aux soins intensifs. «La marge de manœuvre est mince. La tendance est encourageante, mais ce n’est à ce moment-ci qu’une tendance», soutient le Dr Mathieu Simon, chef du département de soins intensifs à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

«Les gens ne doivent pas hésiter. S’ils ont des gros problèmes, c’est certain qu’on va s’occuper d’eux», souligne toutefois le Dr Boucher. 

Selon plusieurs syndicats, on se préparait à cette hausse des hospitalisations depuis un moment. Certaines mesures de rétentions annoncées cette semaine par le gouvernement sont même déjà en place. 

Un site non traditionnel à Laval

Le CISSS de Laval est prêt à ouvrir un nouvel étage sur son site non traditionnel.

«Au CISSS de Laval, on se prépare depuis cet été. On est ouvert depuis cet été, ça nous a permis d’aller chercher du personnel d’avance pour prendre en charge cette clientèle-là et bien évidemment l’intensité de soins que nous avons ici demande un peu moins de personnel au niveau du soin infirmier ce qui nous aide beaucoup pour avoir du personnel suffisant sur nos unités de soins», mentionne Sébastien Rocheleau de la direction des soins infirmiers du CISSS de Laval.

Le troisième étage pourrait accueillir d’autres patients si la situation continue de s’alourdir.

«Depuis le jour de l’an, nous sommes en préparatif pour ouvrir cette unité-là qui est prête, mais qui attend seulement d’avoir la clientèle. On ira chercher le personnel au besoin», explique M. Rocheleau.

Le Québec a enregistré des augmentations au niveau des décès et des hospitalisations dans les dernières journées.

D’ailleurs, le premier ministre, François Legault a publié un tweet samedi matin en rappelant aux gens d’être prudent pour éviter les hospitalisations.

«C’est une clientèle qui n’a plus besoin du plateau technique de l’hôpital, alors les installations hospitalières qu’on amène ici dans une unité de transition. Le but c’est d’évaluer la clientèle soit pour un retour à leur domicile, en CHSLD ou dans leur ressource pour personne âgée. On fait des évaluations pour s’assurer qu’ils peuvent retourner dans leur milieu de vie», dit Sébastien Rocheleau.

Les ambulanciers paramédicaux frappés par la vague

Les ambulanciers paramédicaux sont loin d’être épargnés par la hausse de cas que vit la province. 

«On a plus de 15 % d’employés absents», explique Stéphane Smith, porte-parole d’Urgences-Santé. 

La pénurie de main-d’œuvre frappe aussi ce secteur, faisant en sorte que les temps d’attente pour des interventions de moindre importance grimpent parfois à plusieurs heures. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.