/news/coronavirus

Positif à la COVID, un couple regrette d’être parti en voyage à Cuba

Un couple québécois regrette sa décision de partir en voyage à Cuba en pleine pandémie, malgré les recommandations du gouvernement fédéral d’éviter tout voyage non essentiel à l’étranger. 

• À lire aussi: Un voyage au soleil d’une Trifluvienne qui se termine mal

• À lire aussi: Ils regrettent d’être allés dans le Sud

• À lire aussi: Restez au Québec, implorent des vacanciers pris à Cuba

Les deux conjoints ont été déclarés positifs à la COVID-19 il y a sept jours. 

Ils ont été transportés par ambulance dans un hôpital-hôtel où ils attendent de recevoir un résultat négatif pour pouvoir rentrer au pays. 

Chaque journée passée dans cet hôtel leur coûte entre 150 à 200 dollars canadiens et la nourriture qui leur est servie est dégoûtante.

«On a le droit d'aller sur notre balcon, mais on entend les chariots arriver dans l'immeuble en bas et ça reste, des fois, pendant des heures au soleil avant d'être servi. Quand on reçoit la nourriture, on dirait que ça sent mauvais. C'est très difficile à manger. Moi, je n'y arrive pas. Peut-être que je pourrais me forcer plus, mais je n'y arrive vraiment pas. Ça goûte vraiment pas bon», rapporte Laurence Gélinas-Dion.

Le couple dit ne pas avoir pu profiter de ses vacances en raison notamment du stress entourant la COVID-19 et les tests de dépistage.

«Avec le stress, aussi, à l’hôtel, de tester positif parce qu’à l’hôtel, le monde ne sont pas plus informés de ce qui nous attend si jamais [on est déclarés positifs]. Donc à l’hôtel, entre Québécois, on stressait tous un peu», raconte Adam Driad. 

L’incertitude dans laquelle sont laissés les voyageurs rend le séjour à Cuba plus stressant qu’agréable, soutient-il. 

«Même à l’hôtel on était stressés. On avait hâte que le voyage finisse pour entendre le mot négatif. Donc on n’en a pas profité du tout finalement», déplore-t-il. 

Le manque d'information de la part de l'ambassade canadienne est aussi difficile à supporter. 

«On est quatre comme voisins de balcon à communiquer. Les quatre, on a appelé l'ambassade. Les quatre, on a eu des informations différentes de l'ambassade», dénonce Adam Driad.

Ottawa avait rappelé aux voyageurs, le 15 décembre, que les séjours à l'étranger étaient déconseillés et comportaient des risques. 

«Les Canadiens qui voyagent pourraient contracter le virus ou se retrouver coincés à l'étranger dans des conditions difficiles», avait alors prévenu le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos.

Les deux Québécois, qui ont tout de même choisi de partir, invitent maintenant ceux qui pensent voyager à Cuba à revoir leurs plans. 

«Cuba a eu beaucoup de misère avec la COVID et ça ne vaut pas la peine de dépenser ses sous de toute façon, surtout pas pour arriver dans un hôtel comme nous on est en ce moment», dit Laurence Gélinas-Dion.

Elle ajoute que même si le couple n’avait pas contracté le virus, le séjour était décevant. 

«Même au départ, ça n’a pas valu la peine comme voyage», déclare la jeune femme.