/news/coronavirus

Un gym de Gatineau ne se cache pas pour défier les règles sanitaires

Défier les règles sanitaires, au profit de la santé mentale et du bien-être, c’est de cette façon que se justifie un propriétaire de gym de Gatineau, qui a décidé de poursuivre ses activités malgré la fermeture imposée par Québec.

• À lire aussi: COVID-19: 96 décès de plus au Québec

• À lire aussi: EN DIRECT | Les développements sur la COVID-19

Shane Miller, propriétaire de CrossFit 819 dans le secteur Hull, assume pleinement ses décisions. Pour lui, il est hors de question que sa clientèle se bute à des portes closes.

«Ça pourrait être des gens qui ont de vrais problèmes avec leur santé mentale», dit-il. 

«Des gens qui ont des papiers de chiropraticiens, de docteurs, de physiothérapeutes, qui ont des besoins spécifiques à eux pour s’entraîner, soit physiquement ou psychologiquement. De la détresse psychologique, en ce moment, il y en a de tout bord, tout côté», plaide pour sa part, Cédric Lapointe, athlète professionnel et gérant du gym CrossFit 819.

Le Service de police de Gatineau (SPVG) confirme que l’endroit a été visité à plusieurs reprises et que le dossier est maintenant entre les mains de la justice.

«Oui, on est intervenu à plusieurs reprises et il y a aussi environ 10 rapports d’infraction générale qui ont été soumis au directeur des poursuites criminelles et pénales. On parle d’amendes entre 1000 et 1500 dollars», explique Renée-Anne St-Amant, porte-parole sur SPVG.

Mais qui a le dernier mot ? La santé publique et le service de police se relancent la balle.

Le CISSS de l’Outaouais explique que ce sont les corps policiers qui ont le mandat de faire respecter le décret en utilisant les leviers légaux disponibles et qu’une ordonnance du tribunal pourrait être obtenue pour assurer la fermeture, telle qu’exigée dans le décret.

Des sanctions que le propriétaire n’hésitera pas à contester.

Certains entrepreneurs, qui eux respectent les règles, commencent aussi à s’impatienter.

«C’est la septième fois pour nous, où on nous demande de fermer et rouvrir, fermer rouvrir. Je peux comprendre certains centres de conditionnement physique qui décident de ne plus suivre. Et je pense qu’après près de deux ans, on commence à être au bout du rouleau dans notre industrie», mentionne Élaine Dupras, directrice générale de la Sporthèque.

Après avoir perdu la moitié de sa clientèle depuis le début de la pandémie, le Gym CrossFit 819 s’engage à rester ouvert pour ses membres, peu importe les conséquences.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.