/news/society

Après la pandémie, la crise climatique

Depuis deux ans, la pandémie s’est hissée très haut au niveau des priorités des gouvernements, mais la crise climatique existe toujours.

• À lire aussi: Argentine: feux de forêt continus dans le sud, l’un depuis un mois

• À lire aussi: Les décès dus aux désastres météorologiques au plus haut en 10 ans aux États-Unis

• À lire aussi: Réchauffement climatique record sur les sept dernières années

«Il y a vraiment un phénomène qui est en train de se produire, on dit que derrière la crise de la pandémie, il en a une plus grosse qui commence. On en parle plus parce qu’il a plus d’évènements. On peut s’imaginer dans un monde qui se réchauffe et qui de plus en plus d’intempéries climatiques», mentionne Anne-Marie Asselin, cofondatrice et président de l’organisation Bleue.

Le Canada est situé dans une zone géographique qui se réchauffe plus rapidement qu’ailleurs.

«Il y a plus de chaleur dans l’atmosphère, plus d’humidité et plus d’eau dans les systèmes. On peut penser aux inondations en Colombie-Britannique que nous avons eue cet été. Et bien, c’est des événements qui vont se produire de plus en plus et avec une plus grande intensité», explique la présidente de l’organisation Bleue.

De l’espoir à l'horizon 

Malgré tout, la cofondatrice croit qu’il y a de l’espoir surtout en voyant deux projets d’exploitation pétrolière être rejetés par le gouvernement soit GNL et l’oléoduc Keystone.

«Je pense que l’avenir, le monde de demain va être très différent, l’électrification des transports c’est une solution très tangible, mais ça part de nous et de nos moeurs. Quand nous allons changer, on peut s’attendre à une planète différente», dit-elle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.