/news/coronavirus

Mesures sanitaires : les salles de spectacles se sentent oubliées

Les différentes salles de spectacles ne comprennent pas pourquoi ils doivent fermer encore leur porte malgré toutes les précautions qu’elles ont prises dans les derniers mois.

• À lire aussi: La culture doit encore patienter

• À lire aussi: Les détenteurs de billets de spectacles devront être patients

• À lire aussi: L’incertitude se poursuit pour les institutions culturelles

Une rencontre est prévue jeudi entre le milieu culturel et la ministre pour tenter d’obtenir des réponses à leurs questions.

Premièrement, les salles de spectacles souhaitent la reconduction des trois programmes d’aides de trois mois.

«Ces gens-là sont découragés, ils n’ont pas travaillé et n’ont plus de revenus. Ces gens-là, on risque de les perdre et c’est une génération entière de créateurs qui va être perdue. Si les mesures sont connues au budget donc à la fin mars, c’est trop tard pour nous. Le milieu culturel a tellement souffert qu’on demande au gouvernement de faire une exception pour qu’on sache si c’est trois programmes là continueront d’être en place», mentionne Michel Sabourin, président de l’Associtaion des salles de spectacles indépendantes du Québec.

Le président du Club Soda rappelle que son équipe vérifiait tous les passeports vaccinaux en plus des autres mesures sanitaires pendant qu’il y avait de longues files d’attente dans des centres commerciaux.

Les restaurateurs dans le néant 

Les employeurs du milieu de la restauration s’inquiètent du manque de main-d’œuvre lors d’une éventuelle réouverture parce qu’ils n’ont aucune information à savoir si leurs établissements vont rouvrir bientôt.

«Au niveau des employés, il en a plusieurs qui n’ont pas attendu, ils ont trouvé d’autres emplois et s’ils sont satisfaits dans ce secteur là, c’est certain qu’on va les perdre. Après trois fermetures, les employés nous l’ont dit, un moment donné, il faut que ça arrête quelque part, le monde de la restauration n’est plus un endroit sécuritaire donc les employés vont trouver quelque chose ailleurs et ils vont y rester», explique Renaud Poulin de la Corporation des propriétaires de bars du Québec.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.