/news/faitesladifference

Grande serre de Québec: nous condamnons la démolition et exigeons des comptes

Grande serre de Québec

Photo d'Archives

À défaut d’avoir été entendues quand il en était encore temps, nous, Mères au front, demandons au gouvernement Legault de rendre des comptes à la population pour la destruction de la grande serre de Québec.  

Nous exigeons des explications du premier ministre, François Legault, du ministre Jean-François Roberge (Éducation), de la ministre Geneviève Guilbault (Capitale-Nationale) et du ministre et député de Charlesbourg Jonatan Julien (Ressources naturelles et Énergie). Malgré le dépôt d’une pétition de plus de 14 000 signatures et les nombreuses lettres envoyées aux élus de la CAQ depuis le mois de novembre, aucune explication légitime n’a été obtenue. 

Silence insultant

Selon nous, un tel silence est une insulte à l’intelligence collective. Il témoigne du peu d’importance qu’accorde le gouvernement aux citoyens qui souhaitent protéger le bien commun et qui proposent des solutions. Jeter par terre un bâtiment splendide, moderne, bien équipé, en bon état et construit avec les fonds publics est inacceptable dans une société moderne. 

Cette serre aurait pu contribuer à l’émergence de solutions. Elle aurait pu servir à des fins de recherche, d’éducation relative à l’environnement, d’agriculture urbaine, ou à des projets artistiques ou thérapeutiques contribuant au mieux-être de la population. 

Si le Québec en entier peut être mis sur pause, les décisions incohérentes devraient l'être aussi. Alors qu’il a choisi de repousser d’un an la révision générale de la Stratégie gouvernementale de développement durable (reportée au 31 mars 2022 en vertu du décret 512-2021), le premier ministre avait aussi le pouvoir de suspendre cette démolition afin d’écouter et de mettre en marche les idées citoyennes qui auraient permis de préserver ce patrimoine culturel et naturel unique en Amérique du Nord. 

Cette destruction témoigne d’un paradigme que le Québec doit rejeter. Réduire ainsi les possibilités de développement durable et de transfert de connaissances, de découverte et de soin du vivant, d’émerveillement et de fierté va à l’encontre de ce que l’on enseigne aux jeunes générations. De plus, le Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries a parlé de déconstruction et de recyclage, alors que la démolition se fait actuellement à coups de pelles mécaniques. 

Absurdité

Qu’a-t-il bien pu se passer dans la chaîne de décision pour en venir à cette absurdité? Alors qu’il aime invoquer le gros bon sens, comment M. Legault justifie-t-il une telle aberration? Plus que déçues, nous sommes écœurées par la terrible issue de ce dossier. Jusqu’à la dernière minute, nous avions espoir que les valeurs environnementales, la raison et la logique l’emporteraient... 

Alors que l’humanité fait face à des défis environnementaux et sociaux sans précédent, pour le présent et l’avenir de nos enfants, nous, Mères au front, condamnons les décisions qui n’en tiennent pas compte. 

Signé par les Mères au front de la Ville de Québec

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.