/finance/realestate

Les acheteurs immobiliers font face à une pénurie d’inscriptions

GEN-STOCKQMI

Photo d'archives, Agence QMI

Les ventes résidentielles au Canada sont demeurées élevées en décembre 2021, mais l’offre de propriétés a atteint un niveau plancher «sans précédent» pour le début de 2022, selon les dernières statistiques de l'Association canadienne de l'immeuble (ACI).

• À lire aussi: Un boom du prix des maisons qui fait mal de plusieurs façons

• À lire aussi: À quoi s’attendre du marché immobilier en 2022?

Les résultats publiés lundi montrent que les ventes résidentielles au Canada ont peu changé (+ 0,2 %) entre novembre et décembre 2021.

Le nombre de transactions réelles (non désaisonnalisé) en décembre a été inférieur de 9,9 % au record établi en 2020 pour ce mois. «Il s'agit tout de même du deuxième sommet le plus élevé jamais enregistré durant ce mois, ce qui correspond à la tendance observée tout au long du second semestre de 2021», peut-on lire dans le rapport.

Pour l’ensemble de l’année 2021 au Canada, 666 995 propriétés résidentielles ont changé de main. Il s’agit d’un nouveau record, qui dépasse d'un peu plus de 20 % le record annuel précédent, établi en 2020, et de 30 % la moyenne des 10 dernières années, a également noté l’ACI.

«Nous entamons 2022 dans un contexte national de pénurie de logements aggravée. Toute baisse des ventes durant cette période est donc relative, car la demande n'a pas disparu cependant, il faudra attendre vers la fin du printemps pour voir le nombre d'inscriptions augmenter», a déclaré Cliff Stevenson, président de l'ACI.

«Et lorsque ces inscriptions commenceront à apparaître, le marché du printemps de cette année fera presque certainement les manchettes», a-t-il ajouté.

En décembre, le nombre de nouvelles inscriptions a baissé de 3,2 % par rapport à novembre. Des baisses dans le Grand Vancouver, à Montréal et dans plusieurs autres régions du Québec ont plus que compensé la hausse de l'offre dans le Grand Toronto.

Selon les chiffres de l’ACI, le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions s'est resserré pour s'établir à 79,7 % comparativement à 77 % en novembre, alors que la moyenne à long terme est de 54,9 %.

Plus bas jamais enregistré

«On comptait 1,6 mois d'inventaire à l'échelle nationale à la fin décembre 2021, soit le niveau le plus bas jamais enregistré. La moyenne à long terme de cette mesure est d'un peu plus de cinq mois», peut-on lire.

L’économiste principal à l’ACI, Shaun Cathcart, estime qu’actuellement, le nombre de propriétés à vendre au Canada «est le plus bas jamais enregistré».

«Le problème d'abordabilité du logement auquel le pays est confronté risque d'empirer avant de s'améliorer. (...) Un effort national intensif pour construire plus de logements permettra de résoudre le problème, mais il faudra probablement que les travaux dépassent tout ce que nous avons entrepris jusqu'à présent. Une petite amélioration du statu quo ne suffira pas», a déclaré M. Cathcart.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.