/regional/montreal/montreal

Commémoration pour Raphaël André, mort de froid dans une toilette chimique

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Un an après la mort tragique de Raphaël Napa André, retrouvé mort de froid dans une toilette chimique, une dizaine de personnes étaient rassemblées mardi au Square Cabot, près du métro Atwater, pour lui rendre hommage. 

• À lire aussi: Une projection lumineuse pour honorer l’itinérant innu Raphaël Napa André

• À lire aussi: Une halte-chaleur en l'honneur de l'itinérant innu Raphaël Napa André

• À lire aussi: Froid extrême et pandémie: une «vraie tempête» à gérer en itinérance

«Ce sont des moments qu’on ne devrait pas revivre», s’est désolé Jean-Charles Piétacho, chef de la communauté innue d’Ekuanitshit. «Je veux me rappeler des paroles du père de Napa, quand il était ici: “jamais je n’aurais pu croire que mon enfant est mort gelé avec tous les bâtiments qu’on voit autour”.»

D’origine innue, Raphaël André avait été retrouvé mort de froid dans une toilette chimique, près du secteur Milton-Parc, il y a exactement un an.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Quelques personnalités issues des communautés autochtones sont venues souligner l’anniversaire de sa mort et offrir des prières pour son repos, tant en français que dans leur langue maternelle.

«J’apprécie de voir les gens ici », a confié, émotive, Gloria André, sa cousine, qui aurait néanmoins aimé que davantage soit fait pour prévenir qu’une telle situation puisse se reproduire.

«Il fait froid aujourd’hui, pensez à ceux qui vont venir ce soir», a imploré Alexandra Ambroise, alors qu’une vague de froid frappe la métropole. Coordonnatrice de la tente chauffée, érigée l’an dernier au Square Cabot après la mort de Raphaël André, elle accueille chaque nuit des personnes venant se réfugier du froid.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Depuis l’an dernier, ce sont plus de 72 000 personnes qui ont profité des services offerts. «C’est énorme. Je n’ai aucun mot pour décrire le nombre de personnes qu’on peut recevoir par soir.»

«Ça fait un an que ça a commencé à bouger, mais il y a encore plein de gens qui dorment dehors», a pour sa part déploré Sarah Picard, venue assister aux commémorations, déplorant également le manque de ressource dédié aux communautés autochtones dans la métropole.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.