/regional/estduquebec/cotenord

Sept-Îles : la société ferroviaire de Pointe-Noire projette d’investir des centaines de millions dans le secteur minier

À Sept-Îles, la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire entend investir des centaines de millions de dollars dans son développement au cours des prochaines années et lance un appel d’intérêt à des promoteurs miniers pour élaborer son plan directeur.

Avec les prix élevés du minerai de fer, les compagnies sont nombreuses à manifester leur intérêt à utiliser les terrains de la société ferroviaire et portuaire de Pointe-Nord. Pas moins de 500 hectares sont disponibles pour des développements futurs.

Ce centre de logistique permet à ces compagnies d’entreposer du minerai de fer transporté par train de la fosse du Labrador et de l’expédier dans des navires notamment par le quai multiusager du port de Sept-Îles. Avec les opérations de Minerai de fer Québec et Tacora, la capacité de la Société a atteint sa limite de 20 millions de tonnes par année.

Un appel d’intérêt est lancé pour connaître les besoins des futurs utilisateurs d’ici 2030.

Cette consultation permettra de connaître le sérieux des promoteurs pour planifier le développement de la Société. Ceux qui manifesteront leur intérêt devront investir 200 000 $ comme contribution à une étude de préfaisabilité.

La Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Nord qui aura terminé d’ici la fin de l’année ses 2 premières phases d’investissement totalisant 310 millions de dollars amorce un nouveau chapitre de son développement.

Avec la vigueur du marché du fer, le président-directeur général de la Société, Louis Gravel, se montre très confiant d’obtenir des propositions sérieuses.

« Quand le prix du minerai de fer est très bon, s’est-il réjoui. Le retour sur les investissements est très rapide. Ça crée des emplois aussi dans la région. Je pense que c'est possible, tout dépend du marché. Si le marché reste aussi fort que maintenant, je pense qu'il y a beaucoup de gens qui vont vouloir promouvoir leur dépôt dans le nord et utiliser les installations ici pour leur entreprise. »

Pour accueillir de nouveaux clients, la Société devra investir des centaines de millions de dollars en équipement comme un déverseur et un chargeur à bateaux.

Par ailleurs, le président-directeur général de la Société a indiqué que l’ancienne usine de boulette de fer laissée à l'abandon par la compagnie minière Cliffs pourrait avoir une seconde vie. Sa démolition n’est plus la principale option envisagée même si une partie du toit de l'usine s'est récemment affaissée.

« On regarde encore la démolition, mais on regarde aussi peut-être des projets pour mettre en valeur l'usine. Si jamais il y a des promoteurs intéressés à l'usine, c'est sûr qu'on va regarder ce dossier avant de la démolir », a-t-il commenté.

Créée en 2017, la société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire dégage des profits évalués entre 5 et 10 millions de dollars depuis 2021 et 240 employés y travaillent.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.