/news/law

Agression sexuelle: arrêté en pleine opération vaccins

Alexandre Matheussen est un membre des Forces armées canadiennes qui était déployé pour les opérations contre la pandémie à Montréal.

Photo tirée de Facebook

Alexandre Matheussen est un membre des Forces armées canadiennes qui était déployé pour les opérations contre la pandémie à Montréal.

Un militaire déployé pour les opérations contre la pandémie a été arrêté en plein centre de vaccination... pour agression sexuelle sur une adolescente de 13 ans rencontrée sur internet.

« Il a été amené à l’extérieur de la salle, c’est là que les enquêteurs lui ont passé les menottes », a affirmé au Journal une personne bien au fait du dossier d’Alexandre Matheussen.

Matheussen, un membre des Forces armées canadiennes âgé de 20 ans, n’a même pas eu le temps de se changer, si bien que c’est en uniforme militaire qu’il a comparu aujourd'hui, au palais de justice de Montréal. 

 Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :  

Se tenant droit, il est resté impassible quand son avocat lui a expliqué qu’il était accusé d’avoir leurré une ado de 13 ans qu’il aurait ensuite agressée sexuellement. 

Il l’aurait également incitée à des contacts sexuels pour ensuite passer à l’acte, en plus de lui envoyer du matériel sexuellement explicite.

Les gestes se seraient déroulés de décembre 2020 à novembre dernier, après que Matheussen eut abordé sa victime sur un réseau social en ligne.

Puis, durant l’été, il y aurait eu plusieurs rencontres entre le militaire et la jeune adolescente. 

C’est à ce moment que les crimes sexuels auraient été commis.

Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault sur QUB radio 

Dénoncé  

La victime aurait toutefois réalisé que la situation n’était pas normale, si bien qu’elle a contacté les autorités. 

Une enquête a immédiatement été déclenchée tant avec le module de cyberenquête que l’équipe sur l’exploitation sexuelle des enfants sur internet de la police de Montréal.

Matheussen a rapidement été identifié et compte tenu de la gravité du crime, il a été arrêté mardi, à la clinique de vaccination où il était déployé. Et comme la Couronne s’est opposée à sa remise en liberté, il devra passer une autre nuit en détention aujourd'hui.

Il reviendra à la cour demain, afin de fixer une date pour son enquête sur remise en liberté. S’il est déclaré coupable, il risque une peine minimale d’un an d’incarcération.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.