/finance/homepage

Des pertes financières astronomiques pour les hôteliers

L’industrie hôtelière est à bout de souffle au Québec avec la chute du tourisme due à la pandémie de COVID, et les pertes financières sont astronomiques pour certains joueurs. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Au Reine-Élizabeth à Montréal qui emploie normalement 800 employés, seules une trentaine de chambres étaient occupées sur les 1000 disponibles, mercredi. 

Selon le directeur général de l’établissement prestigieux, des pertes de 500 000$ ont été enregistrées en décembre. 

«On pense terminer le mois de janvier à 4% et on espère que si les consignes sont relaxées un peu et qu’on peut accueillir tous nos groupes, nos conventions dès le mois de mai, on devrait être capable de retourner dans les 65, 70%», explique David Conner, directeur général de l’Hôtel Le Reine Elizabeth. 

La situation est similaire au SpringHill Suites, dans le Vieux-Montréal, à peine 8 des 128 chambres étaient louées.

«La première vague, on a perdu 95% de nos revenus. Là, on a perdu 80-85% de nos revenus. C’est le jour de la marmotte en ce qui nous concerne. Les clients ne sont plus au rendez-vous, nos restaurants sont fermés... On comprend les enjeux de santé publique, mais c’est extrêmement difficile pour les hôteliers», explique Dany Thibault, directeur régional du groupe Urgo Hotels.

Selon un sondage réalisé chez les hôteliers du Québec, 40% d’entre eux ont essuyé des pertes de 100 000$ et plus en raison de la pandémie. 

Si les hôteliers se disent satisfaits des aides apportées par le gouvernement fédéral sous forme de subventions, les programmes créés par Québec vont plutôt offrir des prêts difficiles à rembourser lorsqu’il y a un manque de liquidités. 

«Un hôtel, ça coûte cher à gérer. [...] Je pense que le gouvernement va devoir comprendre le message, les villes également. On ne peut pas envoyer le compte de taxes comme s’il n’y avait pas eu cinq vagues», explique Véronyque Tremblay, pdg de l’Association Hôtellerie Québec.  

Le manque de main-d’œuvre affecte également l’industrie qui demande d’avoir un accès facile aux tests rapides autant pour les employés que pour les clients. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.