/news/politics

Il faut promouvoir la vaccination sur toutes les tribunes, incluant Radio X, selon ce député libéral

Le député libéral Monsef Derraji

Photo d'archives

Le député libéral Monsef Derraji

Le nouveau porte-parole libéral matière de santé, Monsef Derraji, croit qu'il faut promouvoir la vaccination sur toutes les tribunes, incluant la station Radio X, connue pour ses coups de gueule contre les mesures sanitaires. 

Pas question pour le député de Nelligan de boycotter un média, surtout pour parler de santé publique, son nouveau cheval de bataille.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«Pour parler des mesures sanitaires, pour parler que la vaccination c’est la seule solution maintenant pour contrer l’arrivée d'Omicron et pour avoir une bonne couverture vaccinale, pour encourager les gens à suivre les mesures sanitaires, moi, peu importe la tribune, je ne vois pas de problème de multiplier les messages», lance-t-il, en entrevue.

La station de radio de Québec est boudée par bon nombre de politiciens depuis le début de la pandémie en raison de la position de certains animateurs sur les règles sanitaires. Rares sont les membres du gouvernement Legault qui s’y aventurent depuis mars 2020. En plus de la boycotter, l’ex-maire Régis Labeaume avait même retiré tous ses placements publicitaires de CHOI Radio X.

Monsef Derraji, lui, leur a déjà accordé des entrevues lorsqu’il était critique libéral en matière d’économie. Et ses nouvelles fonctions ne changeront pas son approche.

L’élu libéral, qui termine justement un doctorat en santé publique, est de l’école de la persuasion. Pour susciter l’adhésion des gens, il faut utiliser toutes les plate-forme, croit-il fermement. Selon lui, il ne faut pas bouder les tribunes défavorables aux règles sanitaires et ne pas craindre les débats dans une société démocratique.

«Mais je vais insister sur des choses que probablement ne feront pas l’affaire des gens qui dirigent la radio, mais moi, je m’adresse au peuple, insiste-t-il. Accepter de ne pas participer, c’est accepter en quelque sorte qu’on y véhicule le même message. En santé publique, on doit parler à tout le monde!»

 
Écoutez l’entrevue d’Alain Saulnier, professeur retraité en communications à l’Université de Montréal et ex-directeur général de l’information de Radio-Canada:

Manqué de prudence 

S’il est prêt à argumenter à la radio avec des gens qui sont opposés aux mesures sanitaires, il reconnaît qu’il aurait toutefois pu faire preuve de plus de prudence par le passé, lorsqu'il offrait une tribune aux citoyens dénonçant les programmes du gouvernement.

Comme l’avait révélé Cogeco nouvelles, Monsej Derraji a fait un facebook live d’une heure le 19 novembre 2020 avec Benoît Girouard et Samuel Grenier, deux individus très actifs sur les réseaux sociaux connus pour leur position niant l’urgence sanitaire.

Il soutient avoir été contacté à l'époque par une organisation, les entrepreneurs en action du Québec, qui souhaitait sensibiliser le gouvernement à l’absence d’aide directe aux entreprises durant la première année de la pandémie.

«Je n’ai pas fait les vérifications nécessaires et croyez-moi, si j’avais eu le temps, les personnes nécessaires pour faire les vérifications, je l’aurais fait, convient-il aujourd’hui. Je ne savais pas ces gens ce qu’ils avaient dans leurs plans. Est-ce que je me suis amendé par la suite? Oui, je ne suis plus en contact avec ce regroupement, je ne leur parle plus».