/news/coronavirus

Le délestage pèse lourd dans les hôpitaux

Le délestage empêche les chirurgiens de pratiquer de nombreuses interventions au CISSS de la Montérégie-Est.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Une diminution de la qualité des soins: «de quoi s’agit-il encore?»

• À lire aussi: Le système de santé ne tient qu’à un fil, croit une spécialiste

«On est en mesure d'effectuer approximativement 35% des chirurgies habituellement programmées», mentionne la docteure Patricia-Anne Caron, responsable du comité de priorisation du CISSS de la Montérégie-Est.

À l'Hôpital Pierre-Boucher de Longueuil, 5 des 10 salles d'opération sont utilisées, 3 sur 6 à l'Hôpital Honoré-Mercier de Sainte-Hyacinthe et 1 sur 4 à l'Hôtel-Dieu de Sorel. Dans chaque établissement, un comité établit quotidiennement les priorités opératoires.

«On continue, évidemment, de prioriser les chirurgies oncologiques, les urgences et les semi-urgences», explique le docteur François Payette, chef de chirurgie du CISSS de la Montérégie-Est.

-Alors que plusieurs patients COVID sont aux soins intensifs, quelques lits d'hospitalisation ne peuvent pas être utilisés à cause du manque de personnel. Il y a aussi des patients qui devraient se retrouver en CHSDL ou en réadaptation, mais qui sont toujours à l'hôpital. À l'unité de chirurgie à Sainte-Hyacinthe, c'est presque la moitié des 22 lits qui sont ainsi bloqués.

«Près du tiers de nos lits de courte durée dans le CISSS, qui compte près de 730 lits, je crois, il y a près du tiers qui est occupé par des patients positifs. Alors ça, ce sont évidemment des lits auxquels on n'a pas accès», dit-il.

En avril 2021, il y avait 9000 personnes en attente de chirurgies dans ce CISSS. 1000 de plus qu'avant la première vague de la pandémie. On ne peut pas nous donner les nouveaux chiffres, car de nombreuses interventions n'ont pas encore été programmées.

«Ce rattrapage-là risque d'être excessivement long, difficile. Je suis entièrement d'accord que le 3 à 5 ans est probablement ce que l'on doit envisager», souligne docteure Caron.

Voyez toutes les informations dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.