/news/coronavirus

Les hôteliers de Magog se croisent les doigts pour la relâche

Les hôteliers et restaurateurs de la région de Memphrémagog se croisent les doigts en vue de la semaine de relâche, mais les familles semblent bien peu pressées de réserver un séjour dans la région.

• À lire aussi: Ces nouvelles qui font jaser chez vous

• À lire aussi: Des pertes financières astronomiques pour les hôteliers

• À lire aussi: Une «bonne nouvelle» pour les restaurateurs ontariens, promet Ford

En raison des restrictions sanitaires, l’incertitude plane toujours dans la région, à cinq semaines de la semaine de relâche.

L'an dernier, les petites familles avaient besoin de s'évader. L'achalandage dans les hébergements de la région avait été respectable, malgré la fermeture des salles à manger et des activités intérieures.

Par contre, cette année, les hôteliers contactés disent avoir peu de demandes. Par exemple, seulement une dizaine des 124 chambres de l'Hôtel Chéribourg, sont actuellement réservées pour cette période.

Une des raisons, c'est l'accès aux salles de jeux et à la piscine qui demeure pour l'instant interdit.

Cette inquiétude, elle est aussi partagée par les commerçants et restaurateurs de Magog qui souhaitent ne pas revivre le même scénario que 2021, surtout après un temps des Fêtes où l'achalandage a été moindre en raison de la flambée des cas de COVID-19.

Une chose est certaine, les skieurs devraient être nombreux à dévaler les pentes des montagnes de la région pendant la relâche puisque, contrairement à 2021, les remontées mécaniques peuvent fonctionner à 100% de leur capacité.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.