/news/politics

Sondage Léger: les Québécois envoient un signal à la CAQ

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, des feux jaunes s’allument devant François Legault pendant qu’Éric Duhaime en profite pour marquer des points et peut-être même faire des gains à Québec, selon un sondage Léger–Le Journal.

Le coup de sonde effectué le week-end dernier en dit long sur l’humeur des électeurs, qui n’en pouvaient plus du couvre-feu, avec 84 % en accord avec sa levée. 

À un moment où le Québec enregistre un nombre record d’hospitalisations, la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault subit un recul de quatre points par rapport au précédent sondage Léger publié le mois dernier.

Le gouvernement voit aussi le taux de satisfaction à son égard fondre de cinq points. 

«C’est vraiment une lumière jaune qui s’allume pour le gouvernement de la CAQ, illustre le sondeur Jean-Marc Léger. C’est la première fois depuis le début de la pandémie qu’on voit cette descente-là.»

Inversement, le Parti conservateur du Québec (PCQ) d’Éric Duhaime est celui qui en bénéficie le plus, avec un gain de six points dans les intentions de vote.

«Il se passe quelque chose et si ça se poursuit, ça peut commencer à être dangereux», croit le sondeur.

La chute pour la CAQ est de 13 % chez les 35 et 54 ans et ce sont les hommes (-6 %) qui ont le plus tendance à tourner le dos à François Legault.

Écoutez l'entrevue du président de la firme Léger, Jean-Marc Léger, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Encore à Québec  

Même si la CAQ domine toujours, une montée plus marquée du parti d’Éric Duhaime est observée dans la région métropolitaine de Québec, où 22 % des électeurs se disent prêts à voter conservateur.

«Actuellement, c’est le seul endroit où il pourrait faire élire du monde», estime M. Léger. Dans le reste du Québec, le Parti conservateur demeure «quand même marginal», considère le sondeur.

Ce qui est unique, s’étonne-t-il, c’est de voir cinq partis bien en selle, ce qui viendra fractionner le vote. «Et ça, forcément, c’est à l’avantage de la CAQ», croit M. Léger.

Écoutez la rencontre des analystes politiques Elsie Lefebvre et Marc-André Leclerc:

Legault toujours populaire  

Même en pleine tempête, François Legault demeure «encore assez populaire», avec 42 % des intentions de vote et 45 % des électeurs qui le voient comme le meilleur premier ministre, un verdict partagé notamment par 36 % des péquistes.

Le Parti libéral de Dominique Anglade en arrache toujours autant avec seulement 12 % d’appuis chez les francophones et 20 % des intentions de vote en général. Le Parti Québécois se retrouve nez à nez avec les conservateurs, alors que Québec solidaire augmente son score d’un petit point.

Résultat des courses : si des élections avaient eu lieu cette semaine, la CAQ aurait vraisemblablement conservé la majorité de ses sièges en plus d’en obtenir davantage qu’en 2018.

«Une chose est sûre, l’élection, elle est loin d’être gagnée pour la CAQ», considère néanmoins M. Léger.

La prochaine campagne sera donc «déterminante». «Actuellement, c’est une vraie bataille pour le deuxième rang, note le sondeur. Qui sera l’alternative?»

Il reste à voir si d’éventuels assouplissements viendront freiner sec la montée du PCQ, «directement liée aux mesures des dernières semaines», relativise Jean-Marc Léger.

La contribution santé est populaire                

La contribution fiscale pour les non-vaccinés proposée la semaine dernière par François Legault ne semble pas poser de problème pour la plupart des Québécois.

Critiquée par bon nombre d’experts pour des raisons d’éthique ou de droit, l’idée d’une taxe santé récolte 61 % d’appuis auprès des électeurs sondés.

 Écoutez Benoît Dutrizac au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio: 

«La taxe santé a quand même un appui populaire, résume le sondeur Jean-Marc Léger. Sur le principe, les gens sont d’accord. Sur les détails, on verra plus tard.»

Les détails concernant cette contribution fiscale seront précisés dans un projet de loi promis pour février.

L’imposition du passeport vaccinal à la SAQ comme à la SQDC et, de façon plus large, la vaccination obligatoire, sont aussi largement appuyées.

Juste 4 % d’antivaccins purs et durs               

Vaccination Université Laval

Photo d'archives

Le dernier coup de songe Léger–Le Journal brosse le portrait type des antivaccins, qui sont certes bruyants, mais peu nombreux.

Tout compte fait, la firme Léger observe que le noyau dur de Québécois qui refuseront toujours de se faire vacciner se chiffre à environ 4 %. Et cela inclut ceux qui ont une condition médicale les empêchant de se faire vacciner.

Écoutez le résumé de Marc-André Gagnon sur QUB radio: 

Qui sont donc les antivaccins parmi les répondants au sondage ? La plupart n’ont pas d’enfant et sont peu scolarisés. C’est aussi au Parti conservateur du Québec que l’on retrouve le plus d’électeurs non vaccinés (27 %).

«Les trois quarts des membres du Parti conservateur du Québec sont vaccinés. Donc ce n’est pas un parti seulement antivaccin. Les gens sont plus frustrés des mesures de restriction que par la vaccination», relève Jean-Marc Léger.

MÉTHODOLOGIE

Sondage web réalisé auprès de 1032 Québécois âgés de 18 ans ou plus recrutés aléatoirement.

Les données ont été collectées du 14 au 16 janvier 2022.

Bien qu’il ne soit pas possible de calculer une marge d’erreur sur un échantillon tiré d’un panel, à titre comparatif, la marge d’erreur maximale pour un échantillon de 1032 répondants est de 3,1 %, et ce, 19 fois sur 20.


Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages? Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw6

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.