/news/coronavirus

COVID-19: les écoles doivent présenter un bilan des personnes infectées

Les directions d’écoles primaires et secondaires du Québec devront désormais colliger et communiquer les données en lien avec les élèves et les membres du personnel absents à cause de la COVID-19 au ministère de l’Éducation, qui les transmettra à la Santé publique.

Cette nouvelle directive, qui a été communiquée aux centres de services scolaires et aux directions d’écoles jeudi matin, va permettre au gouvernement de suivre à nouveau la situation pandémique dans les écoles.

Un guide de 12 pages leur a aussi été envoyé dans lequel il leur est expliqué qu’ils devront faire cette collecte de données deux fois par semaine, soit les mardis et les vendredis.

Une tâche supplémentaire qui ne passe pas auprès des directions d’établissements scolaires, qui comprennent la nécessité de recueillir ces données, mais affirment que leur cour est déjà pleine.

«On a déjà amplement de tâches et de responsabilités sur nos bras avec le maintien des élèves dans nos écoles en temps de pandémie et la poursuite d’un service éducatif de qualité dans nos écoles, que ce soit en présentiel ou à distance», a affirmé Linda Pagé, présidente de l’Association des directeurs et directrices d’établissement d’enseignement de l’Estrie (ADEE).

La tâche des directions d’école se serait d’ailleurs beaucoup alourdie depuis le début de la pandémie.

Mme Pagé a estimé qu’une direction d’école pouvait travailler entre 52 à 55 heures par semaine avant l’arrivée de la COVID-19. Aujourd’hui, on parlerait plutôt de 60 à 65 heures par semaine, et ce, sans rétribution supplémentaire.

«On est un peu tanné du principe qu’on rajoute dans notre cour d’école continuellement des dossiers qui ne nous appartiennent pas, dans ce cas-ci c’est la santé et c’est parce que le système informatique du ministère n’est pas encore prêt. Pourquoi nous, les directions d’écoles, devons toujours pallier et répondre présent ?» a-t-elle souligné.

Selon les informations de TVA Nouvelles, des centres de services scolaires regarderaient actuellement la possibilité de colliger eux-mêmes ces informations via le système informatique centralisé pour ainsi libérer les directions d’écoles préscolaires, primaires, secondaires et professionnelles.

Rappelons que depuis l’arrivée des autotests et des tests rapides, Québec n’est plus en mesure de recueillir de données sur la situation de la COVID à l’intérieur des écoles du Québec.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.