/news/coronavirus

COVID au Pôle sud: évacuations d’une base scientifique en Antarctique

Neuf membres d'une base scientifique et militaire argentine en Antarctique ont été évacués ce week-end, après un foyer qui a vu 24 des 43 occupants de la base contaminés par la COVID-19, a-t-on appris jeudi de sources officielles.

• À lire aussi: Le vaccin AstraZeneca arrive au pôle Sud

• À lire aussi: En Antarctique, à l’abri de la COVID-19

Les neuf cas positifs, qui n'étaient pas vaccinés car en poste sur la Base Esperanza depuis 2020, ont été évacués par hélicoptère samedi en une opération délicate lors d'une fenêtre météo de quelques heures, et transférés en avion à Buenos Aires pour y être isolés, bien qu'aucun ne soit malade.

«La situation est sous contrôle, et le reste des bases argentines n'est pas affecté par la COVID-19», a déclaré à l'AFP la Directrice nationale pour l'Antarctique Patricia Ortuzar.

La Base Esperanza, station de recherche a l'extrémité de la péninsule Antarctique (nord-ouest), est une des 13 bases argentines sur le continent, l'une des six permanentes. Plus de 200 scientfiques et militaires séjournent en hiver sur ces bases, environ le double en été.

Le foyer sur Esperanza est survenu la semaine dernière à la suite d'une rotation de personnel. Un membre de la base a ressenti de la fièvre et des maux de tête, et des tests antigéniques ont été pratiqués sur tous, donnant 24 résultats positifs, a précisé Mme Ortuzar.

Seules neuf personnes présentes depuis 2020 n'étaient pas vaccinées, car il avait été décidé de ne pas vacciner en Antarctique, en cas d'effets secondaires sur place en milieu extrême, a expliqué à l'agence Telam le Commandant pour l'Antarctique, Edgar Calandin. Les neuf ont été évacués «par précaution», les autres positifs, asymptomatiques, restant sur place.

Le personnel entrant sur les bases est, depuis le début de la vaccination fin 2020, vacciné au préalable. Une relève de quelque 300 scientifiques et militaires, actuellement en route à bord d'un brise-glaces, a par ailleurs subi des tests et une quarantaine préventive depuis fin décembre.

Les cas de la Base Esperanza ne sont pas la première survenue de la COVID-19 en Antarctique: en décembre 2020 un foyer de 36 cas avait été détecté sur la base militaire chilienne Bernardo O'Higgins.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.