/news/society

Contournement ferroviaire: les citoyens de Lac-Mégantic peuvent se prononcer

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Les citoyens sont invités à se prononcer par écrit sur le projet de construction de la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic, en Estrie, à compter de vendredi, et ce jusqu’au 4 février.

• À lire aussi: Début des consultations publiques sur la voie de contournement à Mégantic

• À lire aussi: Corridor ferroviaire Montréal-Lac-Mégantic: 450 000 $ pour une étude de faisabilité

• À lire aussi: Des propriétaires contestent la voie de contournement de Lac-Mégantic

Deux séances de consultation virtuelles sont aussi prévues le 27 janvier prochain.

Menée par Transports Canada, cette consultation est exigée par l’Office des transports du Canada pour que le Canadien Pacifique (CP) puisse obtenir son permis pour construire la voie de contournement.

Les gens peuvent émettre des commentaires sur l’ensemble du projet, allant des activités de construction jusqu’à l’exploitation des activités ferroviaires.

Une consultation qui arrive cependant trop tard pour la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire.

«On est en fin de parcours, les plans sont complétés à 30% et on a défini le tracé», a expliqué le porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur. «Alors comment vous voulez que les Méganticois puissent obtenir le moindre changement à ce niveau-là. C’est une démarche d’information obligatoire uniquement!»

«Tout ce que veut le CP, c’est cocher des cases»

Le 1er octobre dernier, le Canadien Pacifique a déposé sa demande d’autorisation pour construire la voie de contournement auprès de l’Office des Transports du Canada.

Dans une lettre-décision rendue le 12 novembre dernier, l’organisme indépendant a rappelé à TC qu’il était «tenu de fournir des renseignements accompagnés de suffisamment de détails, avec des preuves à l’appui, afin de lui permettre d’évaluer sa demande en profondeur.»

L’Office des transports poursuit en écrivant que le «CP devra : (1) informer les gens des localités touchées de son intention de construire la ligne proposée, et leur permettre de consulter toute la documentation publique liée à ce projet; (2) mener des consultations constructives (au moins une consultation publique en ligne d’une durée minimale de deux semaines); et (3) compiler les résultats de la consultation en y joignant ses propres réponses, et indiquer les engagements nécessaires pour répondre aux préoccupations soulevées durant la consultation.»

Pour Robert Bellefleur, le fait que ce processus arrive aussi tardivement n’augure rien de bon. Il a d’ailleurs rappelé que depuis que le CP a acquis la Central Maine and Quebec Railway (CMQR) il y a deux ans, très peu d’information a été communiquée aux citoyens.

«C’est le CP et Transports Canada qui consultent la population et c’est eux qui vont rédiger les rapports qu’ils vont faire parvenir à l’Office des transports. Nous, on aurait préféré que ce soit l’Office des transports directement qui nous consulte parce qu’on aurait été certains d’être bien entendus dans tout ce qu’on avait à faire comme demande. Mais là il y a clairement un biais à ce niveau-là», a-t-il souligné.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.