/news/world

Des Afghanes travaillant pour des ONG menacées de mort si elles ne portent pas la burqa

La police religieuse des talibans a menacé de tirer sur des femmes travaillant pour des ONG dans une province du nord-ouest de l'Afghanistan si elles ne portaient pas la burqa, a-t-on appris vendredi auprès d'employés de ces organisations.

Des représentants du ministère de la Promotion de la vertu et de la prévention du vice dans la province de Badghis ont rencontré dimanche des organisations humanitaires, ont indiqué à l'AFP deux membres locaux d'ONG internationales.

«Ils nous ont dit (...) que si notre personnel féminin venait au bureau sans porter la burqa, ils les abattraient», a déclaré une de ces sources, réclamant l'anonymat par mesure de sécurité.

Les talibans ont aussi demandé que ces femmes soient accompagnées d'un chaperon mâle, a-t-elle ajouté.

La seconde source humanitaire a confirmé ces informations. «Ils ont aussi dit qu'ils se rendraient dans chaque bureau sans prévenir pour s'assurer que les règles sont respectées», a-t-elle expliqué.

Une notification écrite, dont l'AFP s'est procuré une copie, a été envoyée aux ONG travaillant dans la province. Elle ne contient pas de menace de mort, mais demande aux femmes de se voiler.

Vendredi, les talibans ont également organisé une manifestation d'environ 300 hommes à Kaboul, scandant des slogans en faveur pour la charia, la loi islamique.

Les manifestants ont brandi des affiches et accusé les militantes féministes, qui organisent régulièrement des petits rassemblements dans la capitale afghane, d'être des «mercenaires vendues à l'Occident».

La burqa est un voile intégral doté d'une grille en tissu au niveau des yeux, traditionnellement porté depuis des décennies dans les zones les plus conservatrices du pays, et dont le port était obligatoire sous le premier régime taliban (1996-2001).

Les fondamentalistes islamistes, qui avaient largement piétiné les droits de la personne lors de leur premier passage au pouvoir, ont repris la direction du pays à la mi-août, après 20 années d'une insurrection armée.

Si les talibans, qui cherchent à être reconnus par la communauté internationale, assurent s'être modernisés, ils ont progressivement exclu les femmes de la vie publique, suscitant l'inquiétude de la communauté internationale.

Les femmes restent ainsi largement exclues des emplois publics, ne sont pas autorisées à faire de longs trajets sans être accompagnées par un homme de leur famille, et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.

Si les talibans ont veillé à ne pas imposer d'édits trop stricts à l'échelon national, plusieurs mesures visant à imposer leur vision rigoriste de l'islam l'ont été dans certaines provinces.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.