/news/coronavirus

Des policiers comme profs suppléants en classe

Très sérieusement touchés par une pénurie d’enseignant dans les écoles en raison d’une flambée des cas de COVID-19 liée à l’Omicron, de nombreux districts scolaires aux États-Unis ont fait appel à des policiers, des membres de la Garde nationale et des parents pour remplacer en classe.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

En Oklahoma, le gouverneur Kevin Stitt a signé un décret permettant à tous les employés de l’État de remplacer en classe sans risquer de perdre son emploi, son salaire ou ses avantages sociaux. 

Peu après, des photos montrant des policiers de la ville de Moore qui effectuaient des remplacements dans des écoles primaires, ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux, rapportent plusieurs médias américains. 

Moore police department

«Cette semaine, plusieurs agents sont en classe alors que les écoles continuent de faire face à des pénuries d'enseignants et de personnel», a indiqué le service de police sur sa page Facebook. 

La publication a recueilli plus de 5 000 commentaires, dont beaucoup de citoyens qui se disaient préoccupés par la présence de ces agents en classe. 

Le commentaire le plus aimé sur la publication, avec près de 3 000 «likes», demandait pourquoi les enseignants suppléants sont «en uniforme et armés?»

Pendant ce temps, la gouverneure du Nouveau-Mexique Michelle Lujan Grisham a appelé mercredi les membres de la Garde nationale en plus des employés de l'État à «se porter volontaires» en tant qu'enseignants suppléants. 

Une déclaration de son bureau indique que tous les bénévoles «remplissent les mêmes exigences que les enseignants suppléants réguliers et les éducateurs en garderie», ce qui comprend la vérification des antécédents judiciaires et la participation à un atelier d'enseignement en ligne.

Moore police department

Le Québec, également aux prises avec une pénurie d’enseignants compte faire appel aux parents pour agir en tant que suppléants dans les classes. 

Selon la Fédération des comités de parents, les parents du Québec doivent toutefois payer pour faire vérifier leurs antécédents judiciaires. 

***Voyez les explications dans la vidéo ci-dessus.***

Écoutez le résumé des actualités avec Carl Marchand au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio:

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.