/finance/homepage

Netflix perd plus de 20% à l'ouverture à Wall Street

L'action Netflix perdait plus de 20% à Wall Street vendredi, sanctionné par un marché nerveux qui s'en prend aux valeurs fétiches de la pandémie, à la croissance désormais jugée insuffisante.

• À lire aussi: Wall Street termine en net repli, à nouveau plombée par la technologie

• À lire aussi: Les Golden Globes sans public ni télévision

En quelques secondes, les investisseurs ont effacé quasiment 40 milliards de dollars de la valorisation de Netflix, à l'ouverture de la Bourse électronique Nasdaq. Vers 1H30 GMT, le titre lâchait 21,26%.

En cause, la prévision annoncée jeudi par le service de vidéo en ligne, qui table sur une hausse nette de 2,5 millions d'abonnes au premier trimestre, ce qui constituerait la progression la plus modeste pour les trois premiers mois de l'année depuis 2010.

Parmi les grands gagnants de l'ère du coronavirus, avec un gain net de 55 millions d'abonnés en deux ans, Netflix n'a plus les faveurs des investisseurs depuis plusieurs mois déjà. Le titre a perdu 43% par rapport à son pic de mi-novembre.

Et la plateforme est loin d'être seule dans ce cas. «Aujourd'hui, c'est du matériau nucléaire, c'est radioactif», estime Kim Forrest, responsable de l'investissement au sein de la société de gestion Bokeh Capital Partners.

«Netflix, Amazon, PayPal, eBay, Etsy, ces titres sont déjà en baisse de 20 à 50%, parce que les gens sont sortis de chez eux», explique Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services. «Ce n'est pas aujourd'hui qu'on découvre que le gros effet des confinements est derrière nous.»

L'exemple le plus frappant de cette sortie de pandémie est sans doute Peloton.

Jeudi, le spécialiste des vélos d'appartement et des tapis de course haut de gamme s'est effondré en Bourse, perdant jusqu'à 26% après l'annonce, par la chaîne CNBC, que le groupe suspendait sa production pour faire face à un ralentissement de la demande.

Peloton n'a pas confirmé, mais a bien fait état d'un «recalibrage de (sa) production», associé à des licenciements.

«En théorie, ce sont des actions de croissance», rappelle Kim Forrest. «Les résultats devaient grimper pour que le prix de l'action ramené aux bénéfices devienne plus tolérable. Mais si elles ne font plus de croissance...»

Les analystes dissuadent néanmoins de comparer les valeurs de croissance entre elles, car les modèles économiques peuvent différer du tout au tout.

«Le moteur de Netflix marche toujours», a écrit, dans une note, Jeffrey Wlodarczak, analyste de Pivotal Research, «mais il tourne à un rythme moins élevé, sachant le bond géant que lui a permis la pandémie» en termes d'abonnés. Il s'attend, à moyen terme, à une «normalisation» de la croissance du groupe.

«C'est un peu le même raisonnement avec Zoom», enchaîne Gregori Volokhine, au sujet de la plateforme de visioconférence dont le nom est sur toutes les lèvres depuis mars 2020. «Les gens continuent à l'utiliser, et même de plus en plus, sauf qu'on a déjà Zoom. Le marché ne peut que diminuer, d'une certaine façon.»

D'autres s'en sortiront sans doute moins bien, préviennent les analystes. «Pour moi, Peloton, c'est fini», avance Gregori Volokhine. «C'est une action qui va aller à zéro.»

En plus de pâtir du retour de la pratique sportive en extérieur et de la renaissance des clubs de sport, «leurs vélos, tout le monde peut les copier», dit-il. «Ça commence, d'ailleurs.»

Solides ou fragiles, depuis novembre, c'est néanmoins l'ensemble des valeurs technologiques qui sont prises dans un vent contraire, que fait souffler la Banque centrale américaine (Fed).

Avec la perspective d'un resserrement monétaire et plusieurs hausses de taux d'intérêt, «il va y avoir moins de liquidités qu'il y en avait ces 18 derniers mois», annonce Zachary Hill, responsable de la stratégie macro chez Horizon Investments. «Et ça va peser le plus fort sur les zones du marché qui en ont le plus bénéficié.»

Le caractère spéculatif de certains mouvements, favorisé par l'abondance de fonds à placer, a contribué à l'envolée de nombre de titres, qui atterrissent aujourd'hui, pas toujours en douceur.

Pour autant, «c'est une erreur, à moyen terme, de transposer ce raisonnement aux plus grosses capitalisations de la tech», met en garde Zachary Hill, comme Apple, Amazon ou Microsoft. «Il y a une différence fondamentale entre une valeur de croissance spéculative et une machine a générer du cash dans le monde entier.»

Pour l'instant, résume Gregori Volokhine, «on vend parce que ça serait trop cher dans une récession», dans une économie qui ralentit, qui plus est avec une Fed qui remonte ses taux. «Si on commence à avoir des statistiques économiques mauvaises, mieux vaut prévenir que guérir.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.