/regional/montreal/lanaudiere

Repentigny: le nouveau conseil municipal déterminé à améliorer le vivre-ensemble

Photo Agence QMI, Camille Lalancette

Le nouveau conseil municipal de Repentigny en place depuis novembre dernier compte rattraper le temps perdu pour que l’appareil municipal s’ajuste à la réalité démographique de la ville.

• À lire aussi: Pénurie de main-d’œuvre: les employeurs pourront embaucher plus de travailleurs étrangers

Cette détermination arrive dans la foulée de plusieurs incidents malheureux qui ont impliqué ces dernières années des personnes issues de l’immigration et des agents de police, engendrant des plaintes pour profilage racial.
La composition ethnique de Repentigny a changé et la pression était forte pour que des mesures soient prises pour améliorer la vie citoyenne. Selon un rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton basé sur le recensement de 2016, la ville a connu une croissance de l’immigration de 142 % en 10 ans.


Le 8 novembre, jour suivant les élections municipales québécoises, est une date à retenir pour le vivre-ensemble à Repentigny. C’est ce jour-là que Marie Angeline Descadres, une dame d’origine haïtienne de 35 ans embauchée pour assumer un rôle-conseil à cet effet auprès des élus, a commencé à travailler
«On veut établir les ponts avec la communauté, mais aussi au niveau de nos employés», a imagé Mme Descadres, travailleuse sociale de formation, lorsque nous l’avons rencontrée en compagnie du nouveau maire, Nicolas Dufour, et du conseiller municipal Joubert Simon.


«On reconnaît qu’il y a un certain fossé qui s’est créé avec les années, on veut briser des codes», a ajouté Mme Descadres.
L’embauche de Mme Descadres a eu lieu sous l’ancienne administration qui a été en place pendant plus de deux décennies. Le nouveau maire ne s’en cache pas, mais soutient «que la démographie de la ville se transformait depuis longtemps et on dirait que l’administration politique n’avait pas suivi cette évolution».
Pour se rapprocher des citoyens, la Ville tiendra dorénavant, chaque année, un forum communautaire sur le vivre-ensemble.


La nouvelle administration compte également diversifier l’offre sportive. «On le voit dans les dernières années, il y a eu beaucoup d’investissements pour le tennis, mais peu pour les terrains de basketball par exemple», a mentionné M. Dufour, en référence au fait que le basketball a la cote chez les jeunes des communautés issues de l’immigration récente.
«Il faut aussi des installations sportives pour les gens atteints de handicaps physiques et pour les personnes âgées, dit-il également. Nous souhaitons que chaque citoyen puisse bénéficier de services inclusifs.»

Développer des relations harmonieuses  


Puis, en ce qui concerne les relations avec la police, une rencontre a eu lieu en décembre entre le service de police et des organismes communautaires.
«J’ai entendu parler des relations tendues entre la police et les communautés durant la campagne électorale», a indiqué Joubert Simon, premier conseiller municipal noir de l’histoire de la Ville de Repentigny.
«Il y a des inquiétudes, mais les gens ont décidé de nous faire confiance pour ramener les ponts», a-t-il ajouté.
Le maire Dufour a très bien montré que les élus pouvaient faire plus pour que les choses changent: à la fin de l’an dernier, il a patrouillé à deux reprises dans les rues de la ville avec des policiers.
«Je veux que les 12 conseillers municipaux le fassent aussi», a-t-il affirmé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.