/news/society

Une communauté autochtone privée de courant à -45 °C ressentis

Au moment où le Québec grelotte sous des températures glaciales, les Attikameks de la communauté de Manawan sont privés d’électricité une fois de plus. 

À Manawan, en 2015, 107 heures de pannes de courant ont été enregistrées, l’équivalent de 4 jours, alors que dans les villes moyennes au Québec, il s’agit de 30 minutes.

La panne qui a commencé vers 3h45 dans la nuit de jeudi à vendredi a débuté alors que la température ressentie frôlait les -45 degrés Celsius ressentis. 

Écoutez le tour des actualités de Mario Dumont et Vincent Dessureault sur QUB Radio:

La situation est d’autant plus frustrante que les pannes hivernales arrivent à répétition dans cette communauté autochtone et que tous les habitants n’ont pas de poêle à bois. 

«Moi mon petit truc dans ces moments-là, le temps qu’on puisse installer une génératrice, c’est d’allumer plusieurs petites chandelles dans la maison», explique Thérèse Niquay, résidente de Manawan.  

Habituée aux pannes d’électricité en hiver, Mme Niquay a toujours sous la main un petit kit contenant ses chandelles, et lampes de poche. 

«Ce n’est pas drôle. On développe des mécanismes de survie par rapport à ça. On est quand même équipés avec les moyens du bord étant donné qu’on vit en forêt. Des petits appareils, des réchauds de camping, mais c’est risqué. Il faut toujours faire attention dans l’utilisation de ces appareils», ajoute-t-elle. 

Autre mécanisme pour conserver la chaleur : placer des couvertures dans les fenêtres et habiller les enfants comme s’ils étaient à l’extérieur. 

«Comme on dit, on se met le plus de couches possibles sur le dos, et des chaussures chaudes», ajoute la dame.

Certaines maisons mal isolées, mais également les gens plus démunis dans la communauté inquiètent, mais Mme Niquay assure que les gens se soutiennent.  

Pis encore, ouverte depuis la fin de l’automne, la nouvelle maison des aînés a dû être évacuée et les personnes âgées ont été relocalisées dans leur famille. 

«C’est une belle maison, mais à cause d’une panne comme ça, ils sont obligés d’être amenés ailleurs! On aurait prévoir la biénergie ou quelque chose comme ça!», déplore Mme Niquay. 

Réaction d’Hydro-Québec      

Appelé à réagir à la situation, le porte-parole d’Hydro-Québec Cendrix Bouchard n’était pas en mesure de donner beaucoup de détails sur la situation vécue sur place. 

«Il faut toutefois comprendre qu’en territoire hautement boisé, les pannes vont être causées le plus souvent par la végétation, ça représente une danger», a-t-il brièvement expliqué. 

Photo courtoisie

La panne de courant a été causée par le simple bris d’un poteau électrique. L’électricité devrait être rétablie vers 17h, vendredi après-midi. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.