/news/coronavirus

Accusée d’avoir injecté illégalement un vaccin contre la COVID à un adolescent

Une professeure de biologie de New York risque jusqu’à quatre ans de prison. Elle est accusée d’avoir injecté au fils d’un voisin un vaccin contre la COVID-19. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

La professeure de sciences de Long Island est accusée d’avoir administré un vaccin contre le coronavirus à un voisin de 17 ans sans le consentement de ses parents.

Flanquée de son mari, Laura Parker Russo s’est éloignée rapidement après avoir plaidé non coupable à l’exercice non autorisé d’une profession.

«Il n’y a pas de motif criminel dans cette affaire. Il n’y avait que du bon dans ce qu’elle voulait faire», plaide toutefois Michael Dergarabedian, avocat de la défense.

C’est la veille du Nouvel An, dans sa maison de North Shore Sea Cliff, que Mme Russo aurait administré le vaccin à l’ami de son fils. L’adolescent était en accord, mais pas ses parents. 

Russo est une enseignante de biologie à l’école secondaire Herricks, pas une professionnelle de la santé.

«Elle a des parents et des personnes qui habitent avec elle qui font du diabète, et elle donne constamment des médicaments», explique son avocat.

Le procureur affirme pourtant que l’accusée ne possède pas de licence médicale. 

«Comme vous le savez, une vidéo a été faite et son geste a été traité comme si elle faisait quelque chose de drôle», affirme Anne Donnely, procureure. 

«Ce n’est pas drôle quand on enfreint la loi et qu’on injecte des enfants», poursuite la procureure. 

La plainte affirme que Mme Russo aurait obtenu le vaccin dans une pharmacie. Les flacons seront testés pour savoir d’où il provient exactement.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.