/news/law

Accusé d’homicide involontaire après une bagarre dans un stationnement

Une bête querelle s’est terminée de façon tragique le 3 janvier 2020, quand Marc St-Jean (en mortaise) est mort après avoir été frappé. La bagarre s’est déroulée dans le stationnement d’un centre commercial de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Photo courtoisie et d'archives, Agence QMI

Une bête querelle s’est terminée de façon tragique le 3 janvier 2020, quand Marc St-Jean (en mortaise) est mort après avoir été frappé. La bagarre s’est déroulée dans le stationnement d’un centre commercial de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Deux ans après avoir frappé mortellement un passant qui lui reprochait d’avoir laissé deux jeunes enfants sans surveillance dans une voiture, un père devra finalement répondre lundi à une accusation d’homicide involontaire.

Le 3 janvier 2020, Marc St-Jean s’était rendu en fin de journée avec sa conjointe au Carrefour Laplante, sur le boulevard d’Iberville, à Saint-Jean-sur-Richelieu. 

Dans le stationnement du centre d’achat, ils auraient alors aperçu deux fillettes, dont une âgée d’à peine un an, seules dans un véhicule. 

Inquiet, l’homme de 47 ans aurait alors appelé le 911 pour signaler l’incident, selon nos informations. Une bonne action qu’il a vraisemblablement payée de sa vie.

Car entre-temps, l’une des enfants serait sortie de la voiture pour aller rejoindre son père à l’intérieur d’un des commerces. Et à leur retour dans le stationnement, une chicane aurait alors éclaté entre le père et M. St-Jean. 

Voies de fait  

La tension aurait rapidement monté, jusqu’à ce que des voies de fait aient été commises. Et dans la bagarre, la victime aurait reçu un coup qui l’aurait fait tomber au sol. 

Conduit à l’hôpital, Marc St-Jean y est décédé peu après. 

Au moment du drame, le père, Emmanuel Joseph Semexan, avait été arrêté sur place. Il avait été amené au poste de police pour y être interrogé. 

L’homme était resté détenu dans l’attente de sa comparution les jours suivants, mais il avait finalement été relâché sans accusation. 

Les policiers avaient en effet plutôt poursuivi leur enquête, notamment pour préciser la cause exacte du décès de la victime. 

Comparution à venir  

Tout porte à croire que Marc St-Jean est mort des suites de ses blessures de bagarre, puisque voilà que deux ans après sa mort, Emmanuel Joseph Semexan fait maintenant face à une accusation d’homicide involontaire. Il a été accusé par sommation en décembre.

L’homme âgé de 30 ans, de Saint-Jean-sur-Richelieu, devra comparaître pour une première fois la semaine prochaine au palais de justice de la même ville.

L’accusé n’a aucun antécédent judiciaire. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.