/news/coronavirus

Soins intensifs : «c’est incroyable le nombre de personnes»

Si la baisse du nombre de nouveaux patients COVID se fait ressentir dans les hôpitaux de la province, les soins intensifs sont toujours aux prises avec une pression importante.

• À lire aussi: Hospitalisations: la pression est forte sur Montréal

• À lire aussi: Une gestion moderne des soins intensifs

• À lire aussi: «Ça fâche, ça tanne, puis ça écœure»: les hôpitaux au bout du rouleau

C’est ce qu’a affirmé le chef des soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Dr François Marquis, en entrevue à LCN, dimanche matin.

Pour de nombreux patients, le passage aux soins intensifs est aussi intense que lors des vagues précédentes, mais dure moins longtemps, note le Dr Marquis.

«Il y a des gens qui sont moins malades et qui n’ont pas besoin d’être intubés, mais ceux qui sont très malades sont très malades. Je pense qu’il ne faut pas se le cacher : Omicron est capable de mettre quelqu’un en très piteux état», indique-t-il.

Comme ailleurs dans la province, environ la moitié des patients COVID aux soins intensifs de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont ne sons pas adéquatement vaccinés. Les personnes possédant un système immunitaire affaibli demeurent aussi très nombreuses à être admises aux soins intensifs.

De façon générale, il y a moins de cas lourds, mais la quantité de patients est tellement élevée que le personnel médical en a plein les bras.

«C’est incroyable le nombre de personnes (aux soins intensifs). Et dans la vie, un patient extrêmement malade peut vous occuper toute la journée, mais 25 patients moins malades peuvent vous occuper encore plus», explique le Dr François Marquis.

Pour voir l’entrevue complète, visionnez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.