/finance/realestate

Immobilier : une génération condamnée à être locataire?

Malgré un nombre record de constructions à travers le Québec l’an dernier, les jeunes acheteurs peinent à trouver des maisons qu’ils ont le moyen de se payer. Plusieurs d’entre eux se résignent donc à demeurer locataires.

• À lire aussi: Explosion des coûts de construction: les pires hausses en plus de 35 ans

• À lire aussi: Un boom du prix des maisons qui fait mal de plusieurs façons

• À lire aussi: Le télétravail va continuer d’impacter le marché immobilier de la région de Montréal

Selon l’APCHQ, il manque actuellement près de 60 000 constructions pour répondre à la demande au Québec. Le manque de main-d’œuvre est l’une des causes de cette problématique.

Pourtant, en 2021, 67 962 logements ont été érigés, soit 26% de plus que l’année précédente.

C’est la première fois qu’une génération a plus de misère à se loger que celle d’avant, estime l’APCHQ.

«C’est très difficile pour les premiers acheteurs. Cette génération-là qui veut accéder à la propriété actuellement, ils vont peut-être être obligés de rester sur la touche. Ils vont, dans une large mesure, demeurer locataires, à moins d’avoir des revenus exceptionnels», explique le directeur du service économique de l’APCHQ, Paul Cardinal.

Devant cette situation, l’APCHQ demande à Québec et Ottawa d’agir, notamment en faisant passer les crédits d’impôt provincial et fédéral de 750 à 1500 dollars.

L’association propose aussi que le gouvernement rembourse les droits de mutation (taxe de Bienvenue) et facilite le transfert de propriété entre générations

Pour voir les explications complètes, visionnez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.