/news/coronavirus

Les restaurateurs sont tannés de jouer au yo-yo

Jean Bédard, président des restaurants La Cage, espère pouvoir rouvrir à temps pour la frénésie annuelle du Super Bowl.

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Jean Bédard, président des restaurants La Cage, espère pouvoir rouvrir à temps pour la frénésie annuelle du Super Bowl.

Des restaurateurs exigent qu’une date précise soit donnée vite afin de planifier la fin de ce qu’ils souhaitent être la dernière fermeture de leur industrie, même s’ils sont encouragés de voir le gouvernement étudier des scénarios de réouverture.

• À lire aussi: Réouverture des salles à manger: deux scénarios sur la table

• À lire aussi: Restaurants : «ouvrez-nous le plus vite possible»

« Le plus vite qu’on va ouvrir, le mieux ça va être pour nos employés. Ils ont besoin de travailler et ils ont besoin de revenus », exprime Jean Bédard, président des restaurants La Cage.

Ayant le week-end du Super Bowl dans sa mire, il espère que le gouvernement choisira d’ouvrir les restaurants le 31 janvier, alors que les autorités hésitent entre cette date et celle du 8 février, selon les informations révélées samedi par notre Bureau parlementaire.

« J’ai toujours dit qu’il fallait ouvrir au moins deux semaines avant ces événements-là. Ceux qui ne sont pas prêts, ne sont pas prêts, mais n’empêchez pas ceux qui veulent ouvrir plus tôt d’ouvrir plus tôt », fait valoir M. Bédard.

Clé du succès pour permettre la réouverture, la situation de la COVID-19 semble d’ailleurs se stabiliser après le pic de la dernière semaine avec 56 hospitalisations de moins dans le bilan de samedi pour un total de 3295 lits occupés. 

Le Québec a toutefois enregistré 68 décès supplémentaires.

La dernière fermeture ?

En plus de vouloir rouvrir, les restaurants espèrent ne plus être pris en otage par la capacité hospitalière limitée du réseau de la santé québécois. Les salles à manger ont été fermées plus d’une journée sur deux depuis le début de la pandémie.

« Ce n’est pas vrai qu’on va jouer ce film-là à chaque fois, peste Martin Vézina, directeur des affaires publiques et gouvernementales de l’Association Restauration Québec (ARQ). Ils ne peuvent pas jouer ce yoyo-là éternellement parce que les employés vont aller travailler ailleurs. »

Il s’attend à ce que Québec entame une « réflexion » pour permettre de faire fonctionner tous les secteurs économiques advenant de nouvelles vagues de COVID-19. 

« C’est sûr qu’il va falloir prendre les dispositions pour que ce soit la dernière fois », soutient également M. Bédard. 

Éviter les rumeurs

À court terme, les restaurateurs demandent au moins quelques jours de délai car ils doivent pouvoir rappeler le personnel et commander la nourriture.

GEN-Portrait de Pedro Medina qui souhaite que le CAQ mettre fins aux rumeurs et annonce la date de la réouverture des resto

Photo Agence QMI, Mario Beauregard

« Ce serait le fun que ce ne soit pas des rumeurs et que le gouvernement puisse nous dire, voici le scénario », mentionne Pedro Medina, fondateur des restaurants l’Oeufrier.

Du côté de l’ARQ, on préfère la date du 8 février afin de laisser la chance à tous les restaurateurs de se préparer.

« Si on l’annonce le 31, quelques jours d’avance, je ne déchirerai pas ma chemise », nuance Martin Vézina.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.