/news/faitesladifference

Services de garde: une fierté du Québec qui célèbre ses 25 ans!

Il y a 25 ans jour pour jour, le Québec faisait un choix historique : investir massivement pour créer un réseau de centres de la petite enfance et de garderies. 

Un choix permettant à chaque enfant de développer son plein potentiel et aux parents d’intégrer le marché du travail. C’était un choix audacieux, qui a depuis permis au Québec de devenir un chef de file mondial en petite enfance.

Grâce à notre réseau et à ses éducatrices, nos tout-petits s’épanouissent. Ils sont en sécurité, bénéficient d’un programme éducatif et d’un environnement qui leur permet d’arriver mieux préparés à la maternelle. Grâce à notre réseau, les parents peuvent quant à eux se réaliser professionnellement. L’impact est particulièrement marqué chez les femmes : de dernier de classe en 1997, le Québec compte maintenant parmi les nations où les femmes sont les plus présentes sur le marché du travail.

Le réseau n’est pas terminé  

Après l’étincelle insufflée par Lucien Bouchard et Pauline Marois en 1997, de nombreuses tempêtes ont toutefois frappé nos services de garde éducatifs à l’enfance. Il y a eu les compressions budgétaires, les visions divergentes des différents gouvernements qui se sont succédé, la désertion des jeunes des formations en éducation à l’enfance et l’arrêt du développement de places, pour ne nommer que celles-là.

Résultat : ce réseau n’est pas encore terminé. Des dizaines de milliers de parents attendent toujours une place tandis que certains paient beaucoup plus cher que d’autres pour la leur. La bureaucratie et le manque de reconnaissance des dernières années ont aussi fait fuir plusieurs éducatrices.

Écoutez l'entrevue de Philippe-Vincent Foisy avec Mathieu Lacombe sur QUB radio:

À tout cela s’ajoute une pandémie qui bouscule nos vies et qui a fait réaliser comme jamais à tous les Québécois l’importance de notre réseau de services de garde éducatifs et de son personnel, tant pour nos enfants que pour notre économie.

Devant tous ces constats, une seule conclusion s’impose : il nous faut terminer ce qui a été commencé il y a 25 ans.

C’est pour y arriver que j’ai déposé le Grand chantier pour les familles en octobre dernier, un ambitieux plan d’action ayant comme objectif d’assurer à chaque famille qui le désire une place abordable et de qualité pour ses enfants. C’est aussi un plan pour améliorer les conditions de travail du personnel éducateur et mieux s’occuper des enfants défavorisés, en replaçant l’égalité des chances au cœur de notre action.

Occasion historique  

Le Grand chantier pour les familles est en fait une occasion historique. Celle d’enfin compléter notre réseau qui se bâtit par des gens passionnés depuis un quart de siècle, d’en améliorer la qualité et de permettre au Québec de rester la référence mondiale en matière d’éducation à la petite enfance.

Mais tout cela est avant tout un grand travail d’équipe. Aujourd’hui, je veux donc remercier toutes les artisanes de notre réseau, notamment nos éducatrices. Elles sont au cœur de ce grand projet lancé il y a 25 ans, ce sont elles qui le font vivre chaque jour et c’est grâce à elles que nous pourrons continuer de le faire grandir.

Soyons-en fiers !

Mathieu Lacombe

Photo Simon Clark

– Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.