/news/coronavirus

Cinquième vague: «On sent un essoufflement»

La cinquième vague de COVID est particulièrement caractérisée par l’essoufflement de la population et des travailleurs de la santé, croit un infirmier. 

«On dirait qu’au début des premières vagues, il y avait un beau mouvement de solidarité entre nous. Là on sent un essoufflement», explique Frédéric Lavoie, infirmier aux soins intensifs de l’Hôpital Pierre-Boucher. 

«On sent que les gens ont moins le cœur à trouver des solutions, mais on essaie de trouver des petites choses positives pour garder le moral», croit-il. 

Il avance que selon lui, l’enjeu principal n’est pas de soigner les gens atteints de la COVID, mais plutôt le contexte dans lequel les soins sont prodigués. 

Il souligne que les patients aux soins intensifs sont souvent très isolés et vivent beaucoup d’anxiété. 

Tout contact avec le patient doit être fait avec d’importantes mesures de protection. Ainsi, le personnel médical se déplace moins au chevet des patients. 

Le fait que les proches ne peuvent non plus se déplacer auprès des gens malades ajoute aux tâches des travailleurs de la santé. 

«Faut prendre le temps de répondre à leurs questions, de les rassurer», affirme M. Lavoie. 

*Voyez l’entrevue complète de Frédéric Lavoie dans la vidéo ci-dessus*

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.