/news/politics

Ukraine-Russie: Ottawa «extrêmement inquiet» d’une potentielle guerre

En marge d’un point de presse lundi matin, M. Trudeau a indiqué ne pas avoir l’intention de rapatrier les familles des diplomates canadiens en poste à Kiev pour le moment. 

Le premier ministre s’est aussi montré prudent en évitant de s’avancer sur l’envoi d’armes ou de personnel militaire supplémentaire en direction de l’Ukraine, afin de se préparer à une agression de la part de la Russie.

«Il y a plusieurs plans de contingence en place. La sécurité des diplomates et de leur famille est bien sûr une priorité, et nous allons continuer d’être là pour l’Ukraine et nous assurer de la sécurité des Canadiens en Ukraine», a déclaré M. Trudeau.

Écoutez le chroniqueur de politique internationale, Loïc Tassé, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

Les États-Unis ont annoncé que les familles des diplomates travaillant en Ukraine seraient rapatriées pour des raisons de sécurité. Le personnel diplomatique ne travaillant pas sur des questions urgences a aussi été autorisé à quitter le pays.

Le Canada a annoncé un prêt de jusqu'à 120 M$ à l'Ukraine la semaine dernière pour tenter d'assurer la stabilité financière du pays.

Un curieux «cyberincident»

Dans une déclaration transmise par le Conseil national du Trésor, l’on apprend que les serveurs d’Affaires mondiales Canada ont connu un «cyberincident», débutant le 19 janvier, «après quoi des mesures d’atténuation ont été prises».

«Pour l’instant, rien n’indique que d’autres ministères ont été touchés par cet incident», précise-t-on.

Bien que le communiqué ne fasse aucune référence à toute tentative d’intrusion ou d’attaque de la part de la Russie, cet incident survient à un bien curieux moment.

Rappelons que l’Ukraine a tout récemment subi des cyberattaques qui ont miné des serveurs gouvernementaux. Les attaques ont été attribuées à des acteurs russes par l’intelligence ukrainienne, ainsi que par Microsoft.

«Nos équipes de cyberdéfense et d’intervention en cas d’incident travaillent 24 heures sur 24, tous les jours, pour repérer les compromissions et informer les éventuelles victimes au sein du gouvernement fédéral et des infrastructures essentielles du Canada», a indiqué le Conseil du Trésor.

En 2015, une cyberattaque attribuée à un groupe de pirates russes appelé «Sandworm» avait réussi à s’en prendre à un réseau électrique du pays, privant d’électricité environ 230 000 utilisateurs ukrainiens pendant plusieurs heures.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.