/regional/montreal/laval

Centres jeunesse: Carmant affirme qu’il était opposé à l’isolement de jeunes

Photo d'archives Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Québec s’était opposé à l’isolement de résidents de centres jeunesse dans des chambres sans fenêtre pour lutter contre la COVID-19, ce qui s'est malgré tout produit dans certains établissements de Laval.

• À lire aussi: Laval: des ados en Centre jeunesse confinés dans des chambres sans fenêtre

C’est ce qu’a indiqué le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, mardi, en marge d’une conférence de presse, au sujet de son plan d’action interministériel en santé mentale.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Lionel Carmant

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Lionel Carmant

Des jeunes de centres jeunesse à Laval avaient été isolés pendant une dizaine de jours dans des chambres sans fenêtre afin de contrôler les infections, même s’ils n’étaient pas positifs à la COVID-19.

«On avait déjà eu une problématique identique lors de la deuxième vague et j’avais spécifié qu’on ne voulait pas que ça se répète donc on est en train de voir qu’est-ce qui s’est passé», a indiqué Lionel Carmant, mardi.

Selon le plan initialement prévu, les centres jeunesse devaient plutôt appliquer un «isolement renversé» en laissant les jeunes présumément infectés se déplacer à l’intérieur, tout en procurant de l’équipement de protection aux intervenants.

Inacceptable, inexcusable 

Or, le contraire s’est plutôt produit dans certains établissements de Laval où les jeunes ont été isolés, et ce, dans des chambres sans fenêtre.

«C’est inacceptable. J’en ai vu plein des centres jeunesse, depuis les trois dernières années, je fais des tournées régulières, et je sais que les chambres sont petites, étroites, sans fenêtres, et c’est pour ça que j’avais expressément demandé que ça ne se produise pas», s’est indigné le ministre Lionel Carmant.

Malgré tout, le ministre refuse pour l’instant de présenter des excuses aux familles victimes de ce cruel procédé. Pour le député solidaire Sol Zanetti, il s’agit toutefois de la chose à faire.

«Que des enfants aient été confinés alors qu’ils n’étaient pas infectés, ça montre à quel point le ministère de la Santé est rigide et ne prend pas en compte la santé mentale, a-t-il plaidé. Le fait que ce soit déjà produit, c’est inacceptable, c’est inexcusable.»

Même si la situation s’est produite malgré l’avis contraire du ministre Lionel Carmant, ce dernier en porte la responsabilité, a ajouté Sol Zanetti.

«Ce qui est arrivé est totalement intolérable, s’est indigné pour sa part la députée péquiste Véronique Hivon. Comment des directives peuvent-elles manquer d'humanité et de discernement à ce point? Nous exigeons que le ministre Carmant, qui est imputable, fasse toute la lumière sur la situation et explique urgemment comment on a pu en arriver là.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.