/news/coronavirus

Convoi de camions: l’Alliance canadienne du camionnage et le gouvernement unis contre la manifestation

Camionneurs - Trafic routier - vaccin

Capture d'écran tirée de Facebook

Des ministres fédéraux ont joint leur voix au président de l’Alliance canadienne du camionnage (ACC) pour tenter de calmer le jeu, mardi, tandis que des centaines de camionneurs partis de la Colombie-Britannique poursuivent leur chemin vers Ottawa, où une importante manifestation doit avoir lieu vendredi contre la vaccination obligatoire.

• À lire aussi: Les «camionneurs» antivaccins privés des millions de dollars amassés

• À lire aussi: Le «convoi de la liberté» se met en route en Colombie-Britannique

• À lire aussi: Vaccination obligatoire des camionneurs : des impacts possibles dans les épiceries

«Depuis l’émergence de la pandémie, le gouvernement du Canada et l’ACC ont échangé de manière régulière, tant entre eux qu’avec d’autres partenaires clés afin de repérer les nouveaux enjeux et de réduire les perturbations occasionnées. Ces efforts ont été essentiels afin de maintenir la circulation des camions et de protéger les Canadiens de la COVID-19», ont-ils écrit.

Le président de l’ACC Stephen Laskowski et les ministres des Transports, du Travail et de l’Emploi «sont d’accord pour dire que la vaccination, jumelée aux mesures préventives de santé publique, est l’outil le plus efficace pour réduire le risque posé aux Canadiens par la COVID-19 et pour protéger la santé publique».

Le communiqué, qui souligne l’apport «essentiel» des camionneurs à l’économie et au bon fonctionnement du pays, ne fait pas mention des différents convois en route vers Ottawa.

Or, les camionneurs du «convoi de la liberté» qui s’opposent à la vaccination obligatoire semblent imperturbables, ceux-ci ayant bien l’intention de se rendre à bon port. Ils demandent au gouvernement d’abandonner la mesure.

Depuis le 15 janvier, les camionneurs ont l’obligation de montrer une preuve de vaccination à leur retour à la frontière canadienne, sous peine de devoir faire deux semaines de quarantaine à la maison.

De nombreuses compagnies ont entrepris des modifications à leurs manières de faire afin d’atténuer les impacts de la mesure, par exemple en réservant les trajets domestiques aux camionneurs non vaccinés afin de se soustraire au décret gouvernemental et en laissant les camionneurs vaccinés se charger des segments transfrontaliers.

La proportion de camionneurs non vaccinés est estimée entre 10 et 15 % par l’industrie, alors que le Conseil du Trésor affirme que «90% des camionneurs canadiens sont déjà vaccinés».

Un mouvement qui roule sur l’or 

Le mouvement de contestation jouit d’un momentum croissant depuis quelques jours.

Une collecte de fonds lancée le 14 janvier, veille de l’entrée en vigueur de la politique, a recueilli près de 4,5 millions $ sur la plateforme GoFundMe en date de mardi, soit près de l’objectif de 5 millions $ fixé par Tamara Lich, son organisatrice.

GoFundMe a toutefois décidé, lundi, de geler les fonds de la campagne. «Les dons seront conservés en toute sécurité jusqu'à ce que l'organisatrice soit en mesure de fournir à notre équipe les documents relatifs à la manière dont les fonds seront correctement distribués», a confirmé au «Journal de Montréal» Rachel Hollis, directrice des communications chez GoFundMe.

Si la collecte de fonds a pu recueillir autant de dons, c’est notamment parce que le convoi jouit d’une importante popularité sur les réseaux sociaux.

Sur Facebook, le groupe «Convoy to Ottawa 2022», créé le 15 janvier, recueille déjà plus 528 000 membres au moment d’écrire ces lignes. Le mur du groupe en était à près de 10 000 publications dans les dernières 24 heures.

Le plus important convoi est parti de la Colombie-Britannique lundi, mais d’autres convois provenant d’ailleurs au pays feront aussi leur chemin vers la capitale.

Des politiciens dans le coup 

Certains élus conservateurs ont publiquement affiché leur soutien à l’initiative, dont Marilyn Gladu, Martin Shields et même Pierre Poilièvre, porte-parole en matière de Finances.

Même l’ancien chef Andrew Scheer s’est mis de la partie. «Merci aux camionneurs! Trudeau s'attaque à la liberté individuelle et menace la capacité de tout le monde à faire son épicerie à cause de sa surenchère dans les mandats de vaccination. Il est la plus grande menace pour la liberté au Canada», a-t-il écrit sur Twitter lundi.

Erin O’Toole n’a pas dénoncé la manifestation ou encore les prises de position de ses députés. Il a rappelé lundi que la vaccination restait le meilleur moyen d’en finir avec la pandémie.

Mme Lich, l’instigatrice de la collecte de fonds, est secrétaire au Parti Maverick en Alberta, anciennement connu sous le nom de Wexit. Il s’agit d’un parti à tendance conservatrice qui défend une autonomie quasi totale de l’Alberta par rapport au Canada.

Dans la même catégorie